Les banlieues

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1319 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1) BIOGRAPHIE

Véronique Le Goaziou et Charles Rojzman sont les deux auteurs de ce livre.

-Véronique Le Goaziou est philosophe, sociologue, ethnologue, et travaille sur la violence dans les banlieues. Elle est aussi la fondatrice de l' «Agence de Sociologie pour l'Action».

-Charles Rojzman, lui, est également sociologue mais aussi psychothérapeute et fondateur d' «ImpatiencesDémocratiques» ainsi que spécialiste des violences urbaines.

2) INTRODUCTION

Dans l'introduction, on commence d'abord par nous dire que le livre va être une évolution des banlieues au cours de l'histoire. Des évènements vont les mettre en avant. Peut-on comparer les
faubourgs populaires et les beaux quartiers qui sont des banlieues ainsi que d'autres connues comme Mantes-La-Jolie, Versailles,Trappes... Cependant, dans l'introduction, on explique que pour les
gens, le nom banlieue, signifie plus des problèmes, de l'insécurité que de jolis petits endroits où tout est calme. Le livre a pris la direction de parler des banlieues dites cités ou quartiers où tous les
problèmes environnementaux (exclusion, violence, crise) sont présents. On apprend également, qu'au début des banlieues, ellesétaient habitées par des bourgeois pour être de plus en plus occupées par les familles modestes, puis des classes ouvrières. Les banlieues sont aussi les endroits désignés comme dangereux ou mal vus en ville (usines, terrains militaires, décharges, stations d'épuration, cimetières, asiles). La problématique n'est pas directe, il faut lire le livre pour savoir et
finalement c'est : Pourquoi les banlieuessont devenues telles qu'on les connait aujourd'hui avec toutes leurs difficultés et la violence qui y règne?
Pour y répondre, le livre est partagé en 3 parties. La première raconte l'évolution et ses caractéristiques à partir des années 60 à aujourd'hui. La seconde, les difficultés, les problèmes, les dangers qu'elles ont rencontré pendant 40 ans environ et enfin la troisième, les solutions quipourraient être mises en place pour éviter les éléments de la seconde partie.

3) EXPLICATION DES PARTIES
ARRIVÉE DES BANLIEUES D’AUJOURD’HUI !
Après la guerre, la France a besoin de reconstruire des habitations. Les banlieues sont alors les résultats d’une entreprise de reconstruction qui débute dans les années 1950 jusqu’au Trente Glorieuses. Ces constructions ont été faites dans laprécipitation et on constate après coup beaucoup de défaut :
• Problèmes d’étanchéité et d’isolation
• Trop de surfaces vitrées qui exposent les habitants à la vue de tous
• Cloisons trop minces, logements mal insonorisés
• Pas de transports à proximité
• Pas d’école…
Les habitants n’avaient donc plus de vie privée, ils devaient faire face à un manque d’intimité à l’ennui car il n’existait pasd’activité dans les banlieues, et devaient également supporter les voisins et leur rythme de vie ! Le malaise des cités est né bien avant l’arrivée des immigrés ! Les personnes qui pouvaient partir le faisait, mais les autres restaient alors coincés dans ce monde isolé, entourés de cimetières, d’asiles, d’usines, de décharges…
LES PROBLÈMES EN BANLIEUE !
Le taux de chômage élevé, et l’exclusion sontfacteurs de violence dans les banlieues. Les enfants qui ont vus leurs parents chômeurs, lutter pour avoir un emploi, ne sont pas motivés quant à leur avenir dans cette société injuste. Ils ressentent de plus en plus ce sentiment d’exclusion et ont besoins alors de s’exprimer.
Dans les années 1990, l’insécurité en banlieue devient l’une des préoccupations premières des français. Or, celle-ci n’estpas facile à détecter. La plupart des gestes de délinquance enregistrée par la police ou la justice ne comprennent que des crimes, délits, contraventions de 5ème classe. Le reste est passé sous silence ou n’est pas pris en compte. En réalité, ce qui mine les habitants de banlieue sont des incivilités. (Tags, graffitis, jeux violents, insultes…)
Beaucoup de jeunes s’alimentent d’un discours...
tracking img