Les caprices du

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (489 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Octave, se retrouverait seul au monde et l’a connu, à côté de cette urne d’albâtre qui, couverte de ce long voile de deuil, est sa parfaite image. Ainsi, une douce mélancolie voilait les perfectionsde cette âme tendre et si délicate.

Cette vie silencieuse n’a point été un mystère. Les longues soirées qui furent passés ensemble sont comme de fraîches oasis dans un désert aride ; elles ontversé sur son cœur, les seules gouttes de rosée qui n’y soit jamais tombées. Cœlio était sa bonne partie ; elle était remontée au ciel avec lui. C’était un homme d’un autre temps ; il connaissait lesplaisirs et leur préférait la solitude ; il savait combien les illusions sont trompeuses, et il préférait ses illusions à la réalité. Elle eût été heureuse la femme qui l’eût aimé. Alors, Marianne sedemanda si elle ne serait point heureuse, la femme qui aimerait Octave.

Mais Octave ne savait point aimer ; Seul Cœlio le savait. La cendre que renferme cette tombe est tout ce qu’aimait Octave, sur laterre, et aimerait. Lui seul savait verser dans une autre âme toutes les sources de bonheur qui reposaient dans la sienne. Lui seul était capable d’un dévouement sans bornes ; lui seul eût consacré savie entière à la femme qu’il aimait, aussi facilement qu’il aurait bravé la mort pour elle. Octave se disait que ce n’était qu’un débauché sans cœur, qu’il estimait point les femmes. L’amour qu’ilinspirait était comme celui qu’il ressentait : l’ivresse passagère d’un songe. Il ne savait pas les secrets que Cœlio savait. La gaieté d’Octave était comme le masque d’un histrion ; son cœur était plusvieux qu’elle, ses sens blasés n’en voulaient plus.

Octave : « Je ne suis qu’un lâche ; sa mort n’est point vengée ».

Marianne se disait : Comment elle aurait pu être vengée ? À moins qu’ilrisquerait sa vie. . . Claudio était trop vieux pour accepter un duel, et trop puissant dans cette ville pour rien craindre d’Octave.

Cœlio aurait vengé Octave, s’il était mort pour lui comme il...
tracking img