Les causes du chômages

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 55 (13501 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juillet 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
LE CH~MAGE,UN PROBLÈME D'EMBAUCHE

Robert J. Flanagan

TABLE DES MATIÈRES

Introduction

1.
II.

111.

.......................... Quelle est la spécificité du chômage européen ? . . . . . Les flux de chômeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La faillite des argumentations fondées sur l'offre . . . . . Décisions d'embauche et chômage . . . . . . . . . . . . A. Coûts fixes de l'emploi . . . .. . . . . . . . . . .
B. C. D.

.. .. .. .. .. Incertitudes concernant la qualité des personnes employées . . Incertitudes concernant la demande future . . . . . . . . . . .

... ... ... ... ... ...

..

136 137 138 139 14 1 142 142 146 146 158 162 166 168

E. Conclusions . . . . . . . . . . Annexe .- Sources et définitions Bibliographie . . . . . . . . . .

Conséquences générales de la thèse dela ((réticence à l'embauche )) . . . . ...... .... L'analyse des relations . . . . . . . . . ...

... . ........ ....... ........

... .... . ... .... ............. ............. .............

L'auteur est Professeur d'économie du travail à la Graduate School of Business de l'université de Stanford, en Californie. IIa rédigé le présent article au titre de consultant auprès de l'OCDE. Les opinionsexprimées lui sont personnelles et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de l'OCDE ou de ses pays Membres. L'auteur adresse ses remerciements à Janice Callaghan et Rita Varley qui l'ont assisté dans ses recherches, et à David Coe, FrançoiseCoré, David Grubb, John Martin et FranciscusMeyer-zu-Schlochtern, ainsi qu'aux participants d'un séminaire organisé par l'OCDE, pour leur aide etleurs précieuses observations.

135

INTRODUCTION

La montée du chômage dans les pays de l'OCDE durant les années 7 0 et 80 demeure l'une des préoccupations centrales de l'analyse et de la politique économiques. Cette tendance générale recouvre toutefois un ensemble de réalités très diverses. Ainsi, les évolutions observées durant cette période ont démenti l'une des idées recues de la macro-économiecomparée - les taux moyens de chômage européens, qui étaient restés systématiquement inférieurs à ceux des Etats-Unis dans les années 70, leur ont été systématiquement supérieurs dans les années 80. De plus, le tableau du chômage est très divers à l'intérieur même de l'Europe. En effet, les taux sont demeurés faibles et n'ont augmenté que légèrement dans plusieurs petits pays (comme la Norvège, laSuède et la Suisse) alors qu'ils doublaient ou triplaient ailleurs. Le redressement après la forte poussée du chômage n'a pas non plus été homogène. En Amérique du Nord, au Japon et dans les petits pays déjà nommés, le chômage se situe aujourd'hui au-dessous des niveaux atteints lors de la précédente pointe conjoncturelle, alors que la plupart des grands pays européens continuent d'enregistrerdes taux proches des taux records de ces quarante dernières années. II n'y a cependant qu'en Norvège que les vacances d'emplois et les indicateurs de pénuries de main-d'œuvre tirés des enquêtes de conjoncture ont retrouvé les niveaux élevés atteints à la fin des années 60 ou au début des années 70. Les recherches récentes attribuent la hausse du chômage dans les grands pays européens à troisfacteurs dont on mesure mal l'importance relative : l'insuffisance de la demande, le niveau élevé des salaires réels et (dans de nombreux pays) les inadéquations croissantes du marché du travail, qui se signalent par un glissement vers l'extérieur de la courbe de Beveridge et une élévation du taux de chômage ( non-accélérateur de l'inflation D, le NAIRU (Bruno et Sachs, 1985 ; Bean, Layard et ( Nickell,1986 ; Flanagan, 1987b)'. Ces dernières années, cependant, certaines tendances associées à la montée du chômage en Europe se sont inversées sans que les taux de chômage diminuent pour autant, ce qui laisse à penser que la croissance du chômage et son maintien à un niveau élevé peuvent s'expliquer par des influences différentes. Nous nous concentrerons ici sur le dernier des trois facteurs...
tracking img