Les classiques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2996 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Agrégation interne, Economie-Gestion, IUFM D’auvergne, Arnaud Diemer.

IUFM Auvergne _____________ Arnaud Diemer ____________________________________________________________

________

PREPARATION AGREGATION INTERNE ECONOMIE/GESTION
____________________________________________________________

________

INTRODUCTION LES THEORIES ECONOMIQUES

Fiche 1 : Comprendre les classiques et lesnéoclassiques

1

Agrégation interne, Economie-Gestion, IUFM D’auvergne, Arnaud Diemer.

COMPRENDRE LES CLASSIQUES ET LES NEOCLASSIQUES

L’économie politique classique est née avec la société industrielle. La publication en 1776, par Adam Smith, de Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, est contemporaine des différents perfectionnements de la machine à vapeurde Watt, symbolisant le point de départ de la première révolution industrielle. Cette œuvre est aussi l’aboutissement d’un long mouvement d’idées au XVIII siècle (siècle des lumières), connu sous le nom de philosophie de l’ordre naturel, et à la base de l’idéologie du libéralisme économique. Si 1776 est une date importante pour la science économique moderne, les années 1870-1874 ne le sont pasmoins, car le classicisme légué par Adam Smith évolue grâce à la technique du calcul à la marge et la théorie de l’utilité. Le terme néoclassiques, parmi lesquels on trouve Menger (Ecole de Vienne), Walras (Lausanne) et Jevons (Cambridge), désigne des économistes qui travaillent dans le champs économique de l’équilibre général indépendamment de leur idéologie respective (Walras se disait socialiste).I. LES CLASSIQUES
1° Les postulats de la pensée libérale reposent sur le modèle de l’Homo-oeconomicus
- L’individu est un être rationnel, il est le seul capable de juger et de décider ce qui est bon pour lui. L’interventionnisme de l’Etat, même à but louable, est donc pervers dans ses conséquences. - Chaque individu poursuit son intérêt particulier (utilitarisme) par la maximisation dessatisfactions et la minimisation de l’effort (hédonisme). Ce postulat « smithien » a été précisé par Jeremy Bentham et la théorie néoclassique (marginalisme) avec la plus grande netteté. Dérivé de l’ordre naturel, le modèle de l’homo oeconomicus justifie en retour le libéralisme économique. La recherche de l’intérêt individuel permet de réaliser l’intérêt général car il existe une main invisible (lemarché) qui guide les passions individuelles vers le bien de tous : « Nous n’attendons pas notre dîner de la bienveillance de notre boucher ou de celle du marchand de vin et du boulanger, mais bien de la considération qu’ils ont de leur propre intérêt. Nous nous adressons non pas à leur humanité, mais à leur égoïsme, nous ne leur parlons pas de nos besoins, mais de leurs intérêts » (Smith, 1776).L’harmonisation des intérêts étant naturelle, il n’y a dès lors plus aucune raison pour qu’un pouvoir politique, (l’Etat), fasse passer l’intérêt général au dessus de la somme des intérêts privés. Le rôle de l’Etat selon Von Mises (1983, p 39), est de « garantir le fonctionnement sans heurts de l’économie de marché contre la fraude et la violence, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ». L’Etatdoit donc se garder d’intervenir au delà de son domaine naturel (Etat gendarme), d’autant plus qu’en portant atteinte aux libertés économiques, il engage les hommes sur la route de la servitude. Les libertés économiques sont le « rempart des autres libertés », déclare Hayek (1947), et la meilleure garantie des libertés est la propriété privée des moyens de production : « Notre génération a oubliéque la meilleure garantie de la liberté est la propriété privée non seulement pour ceux qui la possèdent, mais presque autant pour ceux qui n’en ont pas. C’est parce que la propriété des moyens de production est répartie entre un grand nombre d’hommes agissant séparément, que personne n’a un pouvoir complet sur nous et que les individus peuvent agir à leur guise » (Hayek, 1947, p 77-79).

2...
tracking img