Les clowns hospitaliers

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3862 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Quand le théâtre sort des Théâtres - Nez à nez avec les clowns dans le milieu des soins de santé

Alix Lambert - Centre d’études théâtrales – Louvain-la-Neuve Belgique
Note de recherche en sociologie du théâtre

Introduction

Dans notre société actuelle, le théâtre a tendance à s’étendre. Il ne reste pas figé dans les limites des Théâtres mais s’empare d’autres lieux. Il s’insère dans lavie quotidienne. Mais que peut-il apporter ? On dit de l’art qu’il est un remède. Partant de cette hypothèse, j’ai décidé de réfléchir sur l’utilité du théâtre dans le milieu des soins de santé. C’est un lieu qui, par nature, regroupe des personnes fortement affaiblies et où l’art pourrait, peut-être, jouer un rôle dans le processus de guérison.

J’ai voulu, plus particulièrement concentrermes recherches sur l’enfant malade, patient est d’autant plus vulnérable puisqu’il n’est pas encore armé d’expérience. Depuis la Charte Européenne des droits de l’enfant hospitalisé, les psychologues et pédiatres se penchent sur le développement psychique de l’enfant vivant dans le milieu des soins de santé. Des recherches sont menées pour essayer d’améliorer son quotidien, de soutenir son moral.C’est dans le cadre de ce mouvement d’humanisation du séjour de l’enfant hospitalisé, que se sont développés des associations qui proposent aux hôpitaux des activités clownesques dans les chambres d’enfants malades. Ce type d’action est aujourd’hui encouragé par les pouvoirs publics qui accordent des aides à certaines A.S.B.L.

L’objectif de ce travail est de découvrir ce qui se passe lors del’échange entre un artiste et un enfant malade. Il s’agit en effet d’une forme très particulière de théâtre, qui s’insère dans la vie de tous les jours d’un enfant extrêmement fragilisé. Ce petit spectateur peut adopter des réactions très différentes d’un public habituel. L’acteur doit pouvoir s’y adapter. Pour cela, il prend la forme d’un personnage bien spécifique ; le clown, image qui renvoi déjà parelle-même à toute une série de représentations mentales.

Ce travail a été élaboré sur base de plusieurs ouvrages, de recherches sur le net, de témoignages récoltés dans divers articles de presse et d’une immersion dans les activités du kot à projet louvaniste « le kot-é-clown », à la Clinique Saint-Pierre à Ottignies. Il s’articulera sur deux axes centraux débouchant sur une synthèse de larencontre entre l’artiste et l’enfant. D’un coté, j’aborderai les spécificités du milieu hospitalier et des enfants qui y séjournent. De l’autre, je me centrerai sur la pratique artistique du clown hospitalier tenu de s’adapter à son récepteur. Enfin, le dernier point sera consacré à l’apport de cette rencontre entre les deux univers.

L’enfant malade face à l’art : une réceptivité fragiliséePlonger dans l’ambiance froide d’un hôpital de béton blanc est une sensation désagréable pour tout le monde. Elle l’est d’autant plus pour un enfant malade qui y effectue un séjour plus ou moins long. Il doit laisser de coté tous les éléments habituels qui contribuent à son développement, tant physique que psychique : les repères familiaux, le contact avec d’autres enfants, les activités sportives,le cadre scolaire, … L’impact de ce changement sur un enfant peut être très fort. Il est source d’angoisse tant pour le petit patient que pour sa famille.

Conscient de cette difficulté, l’hôpital tente, par différents moyens, d’apaiser les craintes et de rassurer les esprits. Depuis une dizaine d’années, on fait appel à des « docteurs de l’âme » qui aident l’enfant à poser une parenthèseludique dans leur monde imprégné de maladie. On se rend compte de l’apport que l’art peut fournir dans ce domaine. Il est aujourd’hui perçu par certains comme l’un des moyens qui peut contribuer au mieux-être du patient.

Mais, dans le contexte hospitalier, la relation de l’enfant à l’art n’est pas si simple. Il peut exister entre ces deux domaines une certaine friction. D’abord, contrairement...
tracking img