Les cnidaires

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2991 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I.
 Introduction
 
  -­‐
 12000
 espèces
 environ
  -­‐
 Essentiellement
 des
 coraux
 pour
 un
 grand
 nombre
 de
 groupes
  -­‐
 Datent
 du
 milieu
 du
 Cambrien
 -­‐500
 Ma
  -­‐
 Certaines
 traces
 datent
 du
 précambrien
 -­‐600
 Ma
  -­‐
 Quasiment
 tous
 marins
 mais
 il existe
 des
 cnidaires
 d’eau
 douce
  -­‐
 Pélagiques
 (méduses)
 ou
 benthiques
 et
 il
 existe
 même
 des
 espèces
 parasites
  -­‐
 Taille
 variable
 de
 quelques
 mm
 à
 plusieurs
 m
  -­‐
 Vie
 coloniale
 importante
 pouvant
 prendre
 des
 formes
 très
 hétérogènes
 et
 diverses.
 -­‐
 Nature
 animale
 longuement
 discuté
 et
 notamment
 celle
 des
 hydres
 d’eau
 douce
  considérées
 auparavant
 comme
 étant
 des
 végétaux
 à
 nature
 animale
 (zoophytes).
  Pour
 la
 recherche
 …
 
  -­‐
  La
  position
  phylogénétique
  des
  cnidaires
  (groupe
  frère
  des
 bilatéria),
  est
  favorable
  pour
  discuter
  de
  l’acquisition
  de
  types
  cellulaires
  particuliers
  mais
  aussi
  pour
  étudier
 l’évo-­‐dévo.
 
 
  -­‐
  Un
  autre
  aspect
  très
  étudié
  chez
  les
  cnidaires,
  ce
  sont
  les
  récifs
  coralliens.
  En
  effet,
  les
 coraux
  sont
  des
  cnidaires
  sensibles
  au
  réchauffement
  climatique
  vivant
  en
  symbiose
  avec
  des
  algues
  vertes
  (Xanthelles).
  Les
  études
  actuelles
  ont
  pour
  but
  d’élucider
 les
 mécanismes
 de
 perte
 des
 Xanthelles
 chez
 ces
 coraux
 et
 le
 blanchiment  qui
 en
 résulte.
 
  -­‐
  Une
  autre
  thématique
  de
  recherche
  est
  l’étude
  des
  GFP
  extraites
  de
  différents
  cnidaires
 et
 largement
 utilisées
 au
 laboratoire.
 
  -­‐
 Les
 recherches
 sur
 les
 toxines
 et
 les
 venins
 ont
 été
 développées
 depuis
 les années
  1900.
  Certains
  cnidaires
  peuvent
  entrainer
  des
  morts
  subites
  chez
  certains
  organismes
  comme
  les
  chiens
  en
  provoquant
  des
  chocs
  anaphylactiques.
 
  Les
  toxines
  extraites
  servent
  alors
  de
  molécules
  permettant
  d’étudier
  les
  modalités
 d’activation
 des
 canaux
 ioniques
 et
 les
 réponses
 immunitaires.
 
 
 Certaines
 de
 ces
 molécules
 sont
 anti-­‐inflammatoires.
 
 
  II.
 Monographie
 d’une
 anémone
 de
 mer
 ;
 Anemonia
 viridis
 
 
 
 
 
 
  Il
  s’agit
  d’un
  anthozoaire
  hexacoralliaire
  actiniaire 
 
 
 
 
  qui
  vit
  dans
  les
  zones
  de
  balancement
  des
  marées.
 
 
 
 
 
  C’est
 un
 animal
 benthique
 
  fixé
  (fixation
  labile
  car
 
 
 
 
 
  l’animal
 peut
 quand
 même
 
  bouger
  un
  peu).
  Elle
  est
 
 
 
 
   caractérisée
  par
  un
  polychromatisme
  qui
  peut
  aller
 
 
 
 
 
  jusqu’au
  brun
  comme
  chez
  Anemonia
  sulcata.
  Les
 
 
 
 
 
  tentacules
  sont
  mous
  et
  leurs
  extrémités
  peuvent
 
 
 
 
 
  parfois
 contenir
 des
 points...
tracking img