Les confessions de saint augustin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8188 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Confessions d’Augustin :

La conversion

Introduction : Un parcours

Quiconque est en quête de réponse au mystère inhérent au Monde et à l‟Homme, a face à lui, dans un premier temps, deux solutions : celle d‟un «athéisme méthodologique» qui refuse la lourde hypothèse de Dieu, et celle qui affirme la Foi. L'intérêt de l‟athéisme réside dans son refus de tout préjugé qui paralyserait laprogression de la pensée à la découverte du vrai. En revanche par là même il limite les recherches car il refuse de nombreux possibles, ne résout pas le problème du mystère, et nous lisse dans l'incertitude. Au contraire avec la Foi, le mystère est parfaitement assumé, il est pris pour lui-même, puisque c‟est sur lui que la Foi repose ; c‟est-à-dire que l‟on assume le fait de ne pouvoir accéder àla preuve rationnelle, qui n'est plus critère de vérité. Avec la Foi nous accédons donc à ce formidable paradoxe, selon lequel d‟une part savoir et croyance cessent de se contredire et d‟autre part vérité et certitude viennent à s'opposer.

La conversion d'Augustin à la foi chrétienne révèle la force de persuasion de cette seconde voie. La quête pour la Vérité est longue, mais grâce à elle,Augustin comprend comment ce manque de réponse est déjà en lui-même porteur de sens. La résistance face au devenir chrétien finit par céder devant la puissance de la Foi, lorsqu'il accepte son incapacité de rejoindre Dieu par sa seule force rationnelle. Durant sa jeunesse, il va jusqu‟à nier pour un temps quelques grands piliers de l'Église catholique (et à quel prix!), afin d'éliminer toute croyancepouvant porter atteinte à son esprit toujours en éveil, et se débarrasse de tout ce qui peut encombrer un croyant en demande de rationalité. L'Augustin mature des Confessions fait un retour anxieux sur ce passé, afin de se décharger de ses péchés en entrant en communion avec Dieu. Les neuf premiers livres des Confessions au-delà d'une

simple autobiographie, nous narrent la passionnante aventured'une âme perdue parmi les êtres créés qui cherche anxieusement son créateur et qui l'ayant enfin trouvé, s'y repose.
2

C'est la lecture de l’Hortensius de Cicéron qui éveille Augustin à la philosophie, et le pousse sérieusement à prendre en considération les arguments éthiques et religieux. Cette découverte de la sagesse à laquelle il consacre toute sa vie se révèle pour lui le premier pasd'un parcours douloureux vers la “Vérité”, qui le conduira à Dieu. Le parcours est semé d'embûches car si Augustin n'est pas un sceptique dans le sens où il ne suspend pas son jugement, il en porte cependant quelques traits: il doute parce qu'il est trop exigent en matière de certitude. Augustin ne transige pas sur la notion de vérité, il reconnaît d'ailleurs une science certaine : lesmathématiques. Son malaise repose justement sur le fait qu'il ne peut avoir la même certitude dans le domaine métaphysique, et n'est pas disposé à accepter sans réfléchir un dogme qui ne lui permet pas d'user de ces facultés intellectuelles.

Passant sans cesse d'une doctrine à une autre, accusant les inconsistances successives de leur contenu, il est amené dans le cheminement de sa pensée à de nombreusesremises en question, et de réévaluations après coup (nous ne devons pas oublier que le premier contact d'Augustin avec la Bible est désastreux.) « Ce livre me sembla indigne d'être comparé à la majesté cicéronienne. » (Confessions III, 5. En effet pour un lecteur tel que lui, habitué à la rhétorique de Cicéron, ce récit lui parait ingénu et ridicule, interprétant le texte de manière littérale,puisqu'il y voit une description de Dieu comme un homme semblable à nous, qui se promène dans le jardin d'Eden. Cependant, lorsu‟Augustin prend la décision d'appliquer son esprit aux Saintes Écritures, il n‟ignore pas pour autant les dogmes du christianisme. Né dans un foyer catholique par sa mère Monique dans l'Afrique romaine, son père, lui-même d‟abord païen n‟en est pas moins baptisé sur son...
tracking img