Les confessions

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3874 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse du livre 1 des Confessions
 
Une multitude de souvenirs vont être ici évoqués, grâce à un procédé d’accumulation. En effet, on a ici des descriptions « fantômes » de personnages disparus, que Rousseau va ressusciter par la magie du souvenir de ses corollaires.
Cette accumulation de souvenirs tracent l’idée d’un bonheur perdu et entaché d’une faute originelle (il va perdre sa mère à lanaissance, et va assimiler ceci à un matricide). En effet, il dit « ma naissance fût pour elle le premier de ces malheurs ».
 
On a ensuite l’épisode de la fessée. Rousseau à l’age de 8 ans, était gardé par mademoiselle Lambercier. « Comme mademoiselle Lambercier avait pour nous l’affection d’une mère, elle en avait aussi l’autorité », et cette femme ne va pas hésiter à user de ce pouvoird’autorité sur le jeune Rousseau ! Il va donc recevoir cette fessée, et va nous décrire ce qu’il ressent : « J’ai trouvé dans la douleur, dans la honte même, un mélange de sensualité qui m’avait laissé plus de désir que de crainte » - « il se mêlait sans doute à cela, quelques instincts précoces du sexe ».
Cette fessée ontogénique va se retrouver comme un prémisse indispensable à la construction deRousseau par étape. Il dit « Qui croyait que ce châtiment d’enfant reçu à 8 ans par la main d’une femme de 30, à décidé de mes goûts, de mes désirs, de mes passions, de moi pour le reste de ma vie ». Ici, il place la fessé qu’il a reçu comme une chose qui a modelé et organisé sa vie.
 
Il va nous présenter ces parents, et leurs amours. Pour info son père s’appelait Issac, et sa mère Suzanne.Rousseau va perdre sa mère peu de temps après sa naissance, il va donc développer un sentiment de culpabilité, avec l’impression qu’il a de rentrer dans la vie par une sorte d’anormalité.
Le séjour que va avoir Rousseau à Bossey est un épisode prépondérant dans la compréhension du livre, car il s’est passé plusieurs choses : d’une part « la fessée », d’autre part « le peigne cassé », et « le noyer ».Le peigne cassé : La servante de mademoiselle Lambercier avait mis des peignes à sécher, et il se trouve que la chambre de Rousseau était juxtaposé à la cuisine où séchait les peignes. Il se trouve qu’un des peignes se retrouvent dénué de dents… Mais Rousseau va toujours clamé son innocence. « On m’interroge : je nie avoir touché le peigne » - « On ne put m’arracher l’aveu qu’on exigeait » - « Jesortis de cette cruelle épreuve en pièces, mais triomphant ». Il dit même « ( 50ans après le pseudo vol du peigne), Je déclare à la face du Ciel que j’en étais innocent, que je n’avais ni cassé, ni touché le peigne, que je n’avais pas approché de la plaque et que je n’y avait même pas songer » On remarque ici l’accumulation (si) et l’emploi de phrase négatives.
Le noyer : « O vous lecteurs curieuxde la grande histoire du noyer de la terrasse, écoutez-en l’horrible tragédie et vous abstenez de frémir si vous pouvez ! »
Rousseau va planter une petite pousse de saule pleureur (« nous allâmes couper une bouture d’un jeune saule, et nous le plantâmes sur la terrasse à huit ou dix pieds de l’auguste noyer ». Or il faut arroser cet arbre, il a donc idée de faire une rigole souterraine pourarroser son arbre, et c’est concluant : « Nous nous mîmes à pousser des cris de joie qui firent retourner Mr Lambercier. Ce dernier, mécontent du « saccage » de son jardin, va prendre une pioche, et va tout détruire ! Rousseau décrit ce qu’il ressentait à ce moment là : « Après avoir pu construire un aqueduc de nos mains, avoir mis une bouture en concurrence avec un grand arbre, ma paraissait lesuprême degrés de la gloire » - « A dix ans j’en jugeais mieux que César à trente ». C’est pour lui un de ces plus agréables souvenir à Bossey.
 
Il va avoir deux amours :Mademoiselle de Vuson et Mademoiselle Goton. « Je connais deus sortes d’amours très distincts  très réels, et qui n’ont presque rien de commun » Il va nous décrire ces deux femmes.
 
Rousseau va ensuite s’adonner « au...
tracking img