Les conséquences du chomage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 11 (2501 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les conséquences du chômage

1 - pour le chômeur

Conséquences économiques :

• difficultés matérielles
• surendettement
• diminution du revenu
• frais de déplacement
• téléphone, journaux, timbres…
Conséquences sociales :
• difficultés morales : dignité
• regard des autres
• perte de repères, d’expérience
• chômage : facteur d’exclusion qui affaiblit lelien social
• divorce
• repli, suicide
• démarche d’inscription à POLE EMPLOI

2 - pour l’entreprise

• les employeurs ont le choix de la main d’œuvre moins chère
• les cotisations augmentent, il faut indemniser les chômeurs car sinon baisse de la demande : baisse de la consommation : baisse de la production.
.
3 - pour le salarié

• les cotisations des salariésaugmentent
• crainte d’être licencié
• multiplication des emplois précaires
• les salaires n’augmentent plus aussi vite qu’avant

4 - pour l’Etat

• financement de l’ASS (Allocation de Solidarité Spécifique)
• manque à gagner par l’exonération des entreprises
• les plans emplois coûtent cher (stages, formations…)
• développement du travail au noir

5- pour la région• exode
A cause de l’importance du chômage ces dernières années, les organisations humanitaires ont pris beaucoup d’importance.

Les analyses théoriques du chômage

Le chômage libéral

Le marché du travail :

• est analogue au marché des produits
• lieu de rencontre entre des demandeurs d’emploi (offreurs de travail) et des offreurs d’emploi (demandeurs de travail)
•lieu d’échange de marchandises
• situation de concurrence pure et parfaite : autorégulation par le marché
• la confrontation entre offreurs et demandeurs permet d’établir l’équilibre (l’emploi et le salaire ; la quantité et le prix) : objectif : plein emploi
• pour que cet équilibre se réalise, il faut la flexibilité des salaires

Le chômage

Si toutes les conditions defonctionnement sont réunies (concurrence pure et parfaite), l’équilibre sur le marché du travail est automatiquement réalisé. Mais il y a des éléments externes qui perturbent cet équilibre : SMIC, syndicats, l’Etat, les réglementations et les institutions. Seuls demeurent au chômage les personnes qui ont des exigences excessives. Les libéraux admettent aussi le chômage frictionnel.
Les mécanismes du marché dutravail
La demande d’emploi est fonction croissante du salaire. L’offre d’emploi est fonction décroissante du salaire.
Les salariés comparent le salaire au coût de l’effort : c’est la désutilité marginale. Les entreprises comparent le coût salarial à la rentabilité : c’est la productivité marginale.
Le salaire d’équilibre permet de fixer le niveau de l’emploi. Les libéraux sont donc pour uneplus grande flexibilité du marché du travail. Il faut donc mettre fin à l’intervention de l’Etat : l’entreprise doit détenir la position centrale sur ce marché. C’est la rigidité des salaires et leur niveau trop élevé qui sont responsables du chômage.

Le chômage keynésien

Critique

Les keynésien critiquent les libéraux sur 2 points :
• les travailleurs ne peuvent pas se montrerexigeants (sur les salaires en période de crise par exemple)
• une baisse des salaires implique une baisse de la demande donc une baisse de la production donc une destruction d’emplois
Les 5 variantes de la flexibilité

Flexibilités externes

• flexibilité quantitative externe : consiste à faire évoluer le nombre de salariés de l’entreprise en fonction des besoins. La conséquence est lasegmentation du marché du travail. Cette méthode présente le risque de créer une société à deux vitesses avec l’affaiblissement des qualifications (CDD, intérim, temps partiel subi, réglementation souple).
• externalisation : amène à confier à d’autres entreprises ou à des personnes indépendantes une part variable de l’activité en fonction de la conjoncture (sous-traitance).

Flexibilités...
tracking img