Les conséquences politiques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1334 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les conséquences politiques
La première conséquence de la crise fut la Seconde Guerre mondiale.
On sait en effet que, sans elle, Hitler ne serait sans doute pas parvenu
au pouvoir, même si la guerre de 1939-1945 résulte avant tout du
mauvais règlement de celle de 1914-1918.
En outre, la crise a joué dans la justification économique des mouve-
ments indépendantistes un rôlesimilaire à celui de la guerre dans leur
justification politique, montrant aux peuples colonisés la déroute de
leurs maîtres. Les théories développées par les économistes sud-
américains de la « dépendance »19, prônant un développement plus
autocentré, trouvèrent ainsi leur origine moins dans l’admiration pour
l’URSS que dans la réaction à une crise durant laquelle les marchésd’exportation s’étaient fermés ou effondrés.
Troisième conséquence politique : l’affaiblissement de la position
idéologique de l’Ouest par rapport à l’Est dans la guerre froide. Si elle
ne fut pas la « grande crise » du capitalisme que certains espéraient
sans doute, la crise de 1929 ne fut résolue aux yeux des contemporains
que par des méthodes étatistes, y compris aux États-Unis. Et si,sur-
tout à partir des années 70, des interprétations nouvelles atténuèrent
le rôle de l’État dans la sortie de la crise, la prééminence de l’idéologie
libérale s’en trouva affaiblie, spécialement en Europe.
Dernier effet politique majeur de la crise : la résolution du problème
européen. En 1945, Américains et Européens se rappelèrent à la fois
le rôle dans la crise des conflitssur les réparations et les dettes de
guerre, et le rôle de la crise dans la reprise du conflit franco-allemand.
Prévues initialement, les réparations furent ainsi abandonnées, tandis
que les États-Unis organisaient la reconstruction de l’Europe et
encourageaient l’intégration des économies allemande et française
pour rendre la guerre impossible. Dans une Europe appauvrie où lesCRISE DE 1929 ET POLITIQUE INTERNATIONALE / 871
Voir les travaux de la Commission économique pour l’Amérique latine (CEPAL) autour de R. Prebisch. {draw:rect}
importations étaient aussi nécessaires à la reconstruction qu’étaient
rares les moyens de les payer, les États-Unis acceptèrent de relancer
les échanges avant de restaurer un système monétaire international
stable, sesouvenant du rôle des stabilisations désordonnées des
années 20 dans le démarrage de la crise.
coquille vide (jusqu’en 1958 en Europe), tandis qu’était mise en place
une Union européenne des paiements (UEP) destinée à favoriser la
coopération et le commerce en Europe et appuyée par les États-Unis
(dont la dotation au financement du fonds de roulement de l’UEP
joua un rôle crucialdans le succès). On notera que cette politique, en
apparence purement économique, fut organisée par le département
d’État américain contre l’avis d’un Trésor plus soucieux d’un retour à
l’étalon-or et au _business as _usual. On sait quel fut son impact dans la
réconciliation franco-allemande, le démarrage de l’Union européenne,
la stabilité politique de l’Europe de l’Ouest et sonarrimage définitif
aux États-Unis.
La différence entre les deux après-guerre tient ainsi au rôle différent
des États-Unis qui, largement inspirés par le souvenir des années 30,
assumèrent leur suprématie après 1945. Le fait que cette hégémonie ne
fut plus contestée, même par l’Angleterre, contribua naturellement au
succès.
Conséquences économiques
Les conséquences principalesde la crise sur les relations économiques
internationales portent sur la mise en place d’institutions destinées à
assurer la coopération ou à faciliter la négociation, afin d’éviter les
ruptures dommageables à l’ensemble de l’économie mondiale.
L’interprétation de la dépression qui modela la réorganisation écono-
mique de l’après-guerre est la suivante : la transmission...