Les consequences de la cloture sur l’etre humain dans « la religieuse » de diderot

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1933 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LES CONSEQUENCES DE LA CLOTURE SUR L’ETRE
HUMAIN DANS « LA RELIGIEUSE » DE DIDEROT
Le roman de La Religieuse se donne avant tout comme une
étude de la psychologie des milieux fermés. Ces excès naissent pour
ainsi dire spontanément de la réunion de toutes ces femmes
inoccupées. La clairvoyante Mme de Moni a bien observé ce
mécanisme : « Entre toutes ces créatures que vous voyez autour demoi si dociles, si innocentes, eh bien, mon enfant, il n’y en a presque
pas une, non, presque pas une, dont je ne puisse faire une bête
féroce ». [1] Le roman de La Religieuse peut être considéré comme
un roman de l’aliénation physique. Tous les désordres qui y sont
représentés, même les écarts d’ordre moral, apparaissent comme
liées à l’enferment.
L’univers monastique est peuplé d’êtres quitransforment cet
espace clos en prison. Mais, tout comme les personnages qui
dénotent l’emprisonnement et la rupture avec le monde il y a aussi
beaucoup d’objets qui font partie de cet univers. La grille, les
barreaux, le portail, la clé, les clôtures, sont liés aux contacts, initiaux
de la future religieuse avec le monde claustral. Le couvent y est vu
comme une machine immense qui assimilerapidement l’être qui y
pénètre et étouffe ses résistances. La prise du voile est la cérémonie
qui consacre la disparition de Suzanne comme femme et sa naissance
comme religieuse. La coupure de la chevelure dénote la même
chose : « … on me déshabilla jusqu’à la ceinture, on me prit mes
58
cheveux qui étaient épars sur mes épaules, on les rejeta sur un des
côtés de mon cou, on me mit dans lamain droite la discipline que je
portais de la main gauche et l’on commença La Miserere. Je compris
ce que l’on attendait de moi, et je l’exécutait ». [2]
La muraille qui s’élevait entre Suzanne et le monde continuera
d’exister dans son âme même après qu’elle aura quitté
corporellement le couvent. Suzanne ne s’en libérera jamais. Marquait
par la vie conventuelle jusque dans ses habitudes,elle sera toujours
une « déplacée ». On observe dans ce roman que Suzanne a été une
bonne religieuse, mais l’univers claustral le rendait folle. Selon
Suzanne l’être humain pouvait garder sa croyance sans entrer au
couvent, car l’homme est né pour être libre : « L’homme est né pour
la société, séparez-le, isolez-le, ses idées se désuniront, son caractère
se tournera, mille affections ridiculess’élèveront dans son coeur, des
pensées extravagantes germeront dans son esprit, comme les ronces
dans une terre sauvage ». Donc Diderot lie l’homosexualité de la
supérieure d’Arpajon à l’enfermement. Il est le premier romancier
qui a fait une description si précise de l’homosexualité féminine qui
apparaît comme une conséquence directe de la vie monacale, de
même d’ailleurs, que tous lesautres troubles mentaux, car « quand
on s’oppose à la pensé générale de la nature cette contrainte le
détourne à des affections déréglées qui sont d’autant plus violents
qu’elles sont males fondées : c’est une espèce de folie ».[3]
Un bon exemple d’un être influencé par la clôture est le
personnage de la Supérieure d’Arpajon. Diderot n’ose pas même lui
donner un nom. Elle nous montre la vraiealiénation de l’être humain
cloîtré. Cette petite femme toute ronde avait l’âme perdue. Elle était
homosexuelle. Le lecteur a pu observer cela dès le début, lorsqu’elle
est entrée dans la cellule de Suzanne. Ame innocente, Suzanne ne
supposait pas que sa supérieure était homosexuelle, elle était une
victime de la clôture, une femme damnée.
Dans la monarchie du cloître le personnage de lasupérieure
concentre évidemment l’attention. Il propose certes, une des
réalisations possibles de la supériorité féminine, ma seule
pratiquement ouverte dans un cotexte qui exclut l’homme. Ce qui est
caractéristique pour la société conventuelle c’est l’absence de
l’homme. La présence masculine en est ordinairement exclue. Toutes
les fonctions sont assumées par les femmes : non seulement la...
tracking img