Les déterminants de l'investissement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2951 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Epreuve de synthèse
Les déterminants de l’investissement

I. Travail préparatoire : Questions :

1) Tout d’abord, la FBCF ( = Formation Brute de Capital Fixe) est un indicateur issu de la comptabilité nationale française. Cet agrégat (c'est-à -dire que la FBCF est le résultat de la somme de différents éléments) mesure le flux annuel d'investissements réalisés dans le pays. La FBCF estdonc la somme des investissements, essentiellement matériels, réalisés pendant l'année sur le territoire français. La FBCF comptabilise les investissements des entreprises, des ménages et des administrations
Sur le plan économique, l'investissement matériel est l'achat de biens durables permettant d'augmenter le stock de capital de l'entreprise. Il consiste souvent en l'achat de machines ou debâtiments, ces machines et ces bâtiments ayant pour objet de contribuer à la production de biens et services. Les achats d'habitations sont des investissements car, par exemple, un appartement permet de produire un service, celui du logement. Depuis 1999, la définition inclut également, l’achat de logiciels informatiques.
Ensuite, La dépense de consommation totale comprend les biens et servicesacquis par des unités institutionnelles résidentes pour la satisfaction directe des besoins humains, tant individuels ( c’est-à-dire les biens et services (dits «individuels») acquis par les ménages dans le but de satisfaire les besoins de leurs membres), que collectifs (c’est-à-dire les services (dits «collectifs») fournis simultanément à tous les membres de la communauté ou d’un sous-groupespécifique de celle-ci). En conclusion, la dépense de consommation totale comprend la dépense de consommation individuelle et collective des administrations collectives, la dépense de consommation individuelle des ISBLSM (Institution sans but lucratif au service des ménages) et des ménages.

Il semble exister une corrélation positive entre l’évolution de la formation bute de capital five (FBCF) etl’évolution de la dépense de consommation totale. Sur les vingt années considérées entre 1979 et 2000, les deux courbes évoluent dans le même sens cinq fois. (Par rapport au graphique, la FBCF semble, en général, réagir deux années après la consommation totale). Et sur ces cinq « grandes tendances », la FBCF varie plus fortement à la hausse ou à la baisse que la dépense de consommation total. En, 1986 et1988, par exemple, la variation de l‘investissement est plus forte que la consommation totale comparée à l‘année précédente, de 1985 à 1986 et de 1987 à 1988. ( En 1986, le taux de croissance de la FBCF est de 6% alors que celui de la consommation est de 3.7%, et en 1988, le taux de croissance de la FBCF est de 9.7% alors que celui de la consommation est de 3%.) Ainsi, il semble que ce soit laFBCF qui réagisse à la consommation des agents économiques. En effet, la dépense de consommation (totale) d’hier entraîne bien l’investissement d’aujourd’hui. Car, si il y a une consommation importante c’est-à-dire qu’il y a eu une demande importante, les entreprises (par exemple) ont donc fait du profit et vont alors, se servir de celui-ci pour investir (d’où le terme de corrélation positive entrela consommation totale (et donc le profit) et l‘investissement ).

2) Le taux d'utilisation des capacités de production (machines et équipements) est égal au ratio entre les capacités de production effectivement mobilisées pour la production et l'ensemble des capacités de production potentiellement disponibles à une date donnée. De façon générale, les capacités de productions correspondentdonc, dans une industrie, au capitale de celle-ci comme les machines. (Toutes ces capacités de production vont permettre de créer des biens et services contribuant à satisfaire des besoins ou à produire d’autres biens.)
L’investissement correspond, quant à lui, à la FBCF, définit dans la question précédente.

Ces deux courbes sont pratiquement semblables et révèlent ainsi les mêmes...