Les droits de l'homme et la peine de mort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1422 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’iranienne Sakineh n’a finalement pas été exécutée le 3 novembre dernier contrairement à ce qui était annoncé auparavant en Iran. Cette femme est devenue pour le monde occidental un symbole de lutte contre la peine de mort, ainsi que l’ex-premier ministre irakien Tarik Aziz également condamné à mort récemment. Le 10 octobre 2010 avait lieu la huitième journée mondiale contre lapeine de mort dans le monde entier… ou presque !!Le prix Nobel de la Paix décerné au « dissident » chinois pointe le doigt sur les atteintes permanentes aux droits de l’homme dans certains pays totalitaires mais également dans des pays démocratiques : une femme vient d’être exécutée au Etats-Unis. Dans notre monde les droits de l’homme sont continuellement remis en cause, particulièrement laliberté d’expression et la peine de mort. Droits de l’homme et peine de mort sont deux expressions antagonistes. Ainsi nous pouvons nous poser la question suivante : la peine de mort est-elle un droit pour l’homme ? La peine de mort est la sanction suprême prévue par la loi pour les crimes graves en temps de paix. Très utilisée au cours des siècles passés par toutes les civilisations, beaucoupd’états au vingt et unième siècle, la majorité, conservent cette peine dans leurs lois, même si certains pays ne l’appliquent pas comme la Russie et la Biélorussie par exemple en Europe. La peine de mort est-elle utile à la société ou bien au contraire ne mène-t-elle à rien ? Peut-on justifier son maintien dans des pays dits civilisés ? La sociétéa-t-elle le devoir et le droit de condamner à mort ceux qui violent ses lois en commettant des crimes ? Est-il juste de punir un crime par un meurtre ? Nous allons essayer de répondre à ces questions qui nous semblent essentielles, en étudiant les arguments en faveur puis contre la peine de mort.
Actuellement 86 pays ont aboli cette peine pour tous les crimes, 11pays l’ontconservée en tant de guerre, 35 pays l’ont aboli dans la pratique, 6 pays l’ont suspendue provisoirement et 58 pays la maintiennent en pratique. En France elle a été abolie par la loi du 9 octobre 1981 après une farouche bataille à l’Assemblée Nationale, menée à terme par le Garde des Sceaux Badinter au début du premier septennat Du Président de la République F.Miterrand. En Europe plus aucun paysn’applique cette peine même si elle figure encore dans les constitutions russe et biélorusse. Nous allons d’abord citer sans les développer les arguments en faveur de la peine de mort puis nous ferons de même avec les arguments contre la peine de mort en essayant de garder raison afin d’éviter de tomber dans un débat passionnel tant le sujet est grave et prenant. La peinede mort peut dissuader d’autres individus de commettre des crimes par la gravité de la sentence. C’est un moyen très « efficace » de rendre justice. Elle empêche une éventuelle récidive des criminels après leur sortie de prison. Elle permet de soulager les proches de la victime ou même d’autres victimes de ce même criminel. Les criminels n’ontpas le droit de vivre. Elle reflète l’avis de nombreuses personnes pour les crimes odieux en particulier ceux commis envers les enfants ainsi que ceux qui ont lieu à l’encontre de certains peuples. Elle décourage les proches des victimes à vouloir se venger et faire justice par eux-mêmes à l’encontre de la famille du criminel. Danscertaines régions où la surpopulation carcérale est insupportable, cela permet de libérer de la place. Ce n’est pas être contre les droits de l’homme que d’être en faveur de la peine de mort car la perpétuité bafoue également la dignité et les droits de l’homme.

La peine de mort tue, elle est donc immorale ainsi que l’a affirmé Victor Hugo : « Que dit la loi ? Tu ne tueras...
tracking img