Les echecs du president obama

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1262 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Echecs du Président OBAMA

L’élection du président OBAMA était considérée comme le rétablissement de l’amitié entre les peuples, de la paix dans le monde et de la fusion des civilisations. Contrastant avec les années détestées de Georges Bush. Pourtant, après une année passée à la Maison Blanche, force est de constater que son bilan n'est pas à la mesure de l’enthousiasme populaire, etqu'il n'a pas réussi à révolutionner le monde.

La responsabilité d'OBAMA dans l'échec de Copenhague

L'impuissance d'OBAMA à changer le monde s'est clairement
manifestée lors de la conférence de Copenhague sur le réchauffement climatique. En effet, comme l'aurait fait n'importe quel président américain, OBAMA a surtout défendu les seuls intérêts des Etats-Unis, refusant un accordcontraignant auquel aurait échappé son rival commercial, la Chine. Confronté à la montée du chômage, OBAMA ne pouvait sacrifier le retour rapide de la croissance sur l'autel d'un risque climatique encore incertain et lointain, ce que n'auraient pas compris ses électeurs. OBAMA a préféré s'assurer du soutien des sénateurs sur sa réforme de la santé, repoussant la question climatique aux calendes grecques.Bien entendu, l'échec de Copenhague ne repose pas uniquement sur les épaules d'OBAMA. Le principe même de cette conférence internationale est à l'origine de sa faillite. Les pays pauvres et émergeants privilégient leur développement économique à la lutte contre le réchauffement global, de sorte qu'ils n'auraient jamais accepté un accord bridant leur fragile sortie de la misère. Seules lesopinions européennes étaient capables de sacrifier un peu de leur richesse pour lutter contre le réchauffement climatique, mais que pèse le vieux continent confronté à son déclin démographique, politique et économique ?

Cependant, en tant que responsable de la principale puissance mondiale, OBAMA ne peut échapper à ses responsabilités. A l'inverse de Nicolas Sarkozy qui s'est battu jusqu'audernier instant pour obtenir un accord, OBAMA n'a pas utilisé son capital de conviction pour d'une part exhorter ses propres concitoyens à faire des efforts, d'autre part accepter des concessions afin d'intégrer la Chine dans un consensus international.

Cette impuissance s'inscrit dans une série de déceptions en matières de politique internationale, comme le montre l'échec de sa politique demain tendue à l'Iran initiée en mars 2009, à l’occasion du nouvel an iranien.

L'échec de la politique de la main tendue vers l'Iran

En effet, cette politique de main tendue n'a pas conduit ce pays à
renoncer à l’obtention de l'arme nucléaire, mais à exciter la paranoïa des mollahs qui ont délibérément opté pour un raidissement du régime, réprimant dans le sang les timides aspirationsdémocratiques de la jeunesse iranienne. Dans la vision stratégique des mollahs, le grand Satan américain demeure un moyen très utile pour assurer la pérennité d'un régime fondé sur la victimisation et le délire de persécution. L’ouverture affichée des Etats-Unis ne peut nullement convaincre les mollahs iraniens dont le maintien repose sur un anti-américanisme qu’ils n'ont aucun intérêt à dissiper.Plus que les Etats-Unis ou Israël, les Iraniens craignent leur isolement au sein du monde musulman. Chiites dans un océan de sunnites, Perses confrontés aux Arabes, les Iraniens cèdent à la tentation nationaliste qu'alimente leur frustration historique. Les Iraniens aspirent à la puissance dans la région, l'arme nucléaire étant devenu un moyen pour asseoir leur domination politique sur le mondemusulman. Même si la rhétorique antisémite du gouvernement iranien procède davantage de la posture que d'un plan politique, ses provocations peuvent déboucher sur une instabilité dangereuse que l'angélisme d'OBAMA ne peut contenir.

Des choix incertains en Afghanistan

Le discours d'OBAMA sur la nécessaire consolidation de l'Afghanistan dissimule son manque de résolution. Confronté à la...
tracking img