Les effets de l'investissment

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1245 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Résultat des décisions des entrepreneurs, composante de la demande et déterminant de l'offre, l'investissement se situe au coeur de la croissance économique. Nous allons donc voir les multiples conséquences économiques de l'investissement ( effets d'offre et de demande_ investissement,croissance et cycles_investissement et emploie)
I-Effets d'offre et de demande
Au niveau macroéconomique,l'investissement est l'une des composantes de la demande, aux cotés de la dépense de la consommation et de la demane étrangère (exportations).Lorsque les entreprises investissent,le flux de dépenses qu'elles réalisent donne lieu à une distribution de revenus. Par exemple, les salariés des entreprises fabriquant les biens de productions reçoivent des revenus qu'ils vont ensuite consommer ou épargner. Onvoit ainsi qu'une dépense initiale d'investissement se traduit par une succession de fus de revenus et de dépense. C'est ce mécanisme que l'on appelle , à la suite de Keynes, le multiplicateur d'investissement. Il montre qu'en définitive, une dépense d'investissement supplémentaire se traduit par une augmentation plus que proportionnelle du niveau de la demande. L'effet multiplicateur estd'autant plus grand que la propension marginale à consommer est forte (c'est à dire que les ménages consacrent la consommation une fraction importante de leur supplément de revenus - et que la propension marginale à importer est faible).Dans la théorie de Keynes, la propension à consommer est la part moyenne du rrevenu disponible d'un ménage qui est consacrée à la consommation. De même, la propension àépargner est la part consacrée à l'épargne. Ainsi, lors de la politique de relance de 1981-1982, l'effet multiplicateur pour l'économie française a été réduit par l'accroissement des importations.Il a finalement profité aux économies étrangères, particulièrement l'Allemagne, et le deficit commercial s'est creusé. L'effet inverse s'est par contre produit au début des années 90 lors de laréunification allemande qui a conduit à une forte augmentation de la demande outre-Rhin.
L'investissement contribue également à accroître l'offre en augmentant les capacités productives. Ses effets diffèrent cependant seon la forme qu'il revêt. Par nature un investissement de capacité accroît l'offre.Il correspond à une volonté de produire plus et traduit le désir d'augmenter la taille de l'entreprise. Dansle cas d'un investissement de productivité, c'est la compétitivité de l'entreprise qui en jeux. L'entreprise peut ainsi gagner des parts de marché à l'exportation ou sur le territoire national et, à terme, voir sa production augmenter. Quand à l'investissement de remplacement, sa croissance permet un rajeunissement du capital en accélérant le renouvellement des équipements usagés.En revanche, sonrecul est dangereux car il provoque,à terme, un vieillisement de l'appareil productif.
Lors des récessions et des reprises, les trois formes d'investissement n'agissent pas de façon symétrique sur la capacité productive. A l'occasion d'un ralentissement de l'activité,les entreprises commencent par réduire leur investissement de remplacement. C'est par le non renouvellement du capital, et par descapacités de production excédentaires, qu'elles ajustent l'offre à la demande. La reprise économique permet, quant à elle, une augmentation des investissements de capacité.

II-Investissement,croissance et cycles.

La corrrélation entre taux de croissance et taux d'investissement apparaît nettement. Le taux d'investissement connaît les même fluctuations que la croissance,mais avec un légerdécalage.La contribution de l'investissement à la croissance se mesure par le produit de son taux de croissance par son poids dans le PIB.
Elle est importante à la fois par son niveau, souvent très proche de celui de la contribution de la demande des ménages, et par ses brusques variations d'une année à l'autre, à l'origine de fluctuations de la croissance. Ces dernières, provoquent en retour...
tracking img