Les ei

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 38 (9350 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 1 : les fondements des échanges internationaux
L’échange international se justifie par l’intérêt que les coéchangistes y trouvent. Il s’agit de s’approvisionner en biens :
* Non disponibles sur le territoire national ;
* Dont les coûts (ou la qualité) sont différents de ceux que l’on trouve dans le pays.
L’échange international prend appui sur la complémentarité des économieset la spécialisation de certaines d’entre elles (exploitation d’un avantage).
I. Les théories classiques et la spécialisation des économies

Les théories du commerce international (CI) tentent d’expliquer :
* Les différents flux d’échanges entre les pays,
* La spécialisation dans certains types de produits qui en résulte,
* Ainsi que les avantages de cette spécialisation.
Cesthéories se centrent autour de la nation. On résonne en concurrence pure et parfaite et sur les rendements d’échelles sont constants (ce sont les deux hypothèses).
1. Smith : théorie des avantages absolus
Pour Adam Smith :
* Tout pays a intérêt à produire les biens pour lesquels il dispose d’un coût absolu plus bas et à importer les autres.
* L’avantage absolu se mesure en avantages decoût de production, d’expérience, de technologies…
Prenons l’exemple de deux pays A et B : voir poly
Sans spécialisation, la production mondiale est donc de 3 biens X et de 3 biens Y pour une utilisation de 24 unités de production (et de 3 biens par pays).
Avec spécialisation, nous constatons que la production mondiale s’en trouve nettement améliorée en passant, dans notre exemple, de 6 à 8biens X et Y
Pour Smith les nations ont intérêt à se spécialiser car la production mondiale va augmenter grâce aux biens produits obtenus par chaque pays en se spécialisant dans une production donnée.
Ne peuvent participer aux échanges internationaux que les nations disposant d’un avantage absolu.
2. Ricardo : loi des avantages comparatifs
La question se pose de savoir ce qu’il advient si unpays ne dispose pas d’avantage absolu => Peut-il participer aux échanges internationaux ?
Oui pour David Ricardo si :
* Tout pays se spécialise dans les productions pour lesquelles il dispose de coûts relatifs les plus bas (soit pour lesquels il est le moins désavantagé).
* Et pour lesquels sa productivité, par comparaison avec les autres pays, est la plus forte.
* => donc, pourlesquels il a un « avantage comparatif »
Prenons l’exemple suivant : cf poly
a) Cette solution ne convient pas à David Ricardo qui démontre qu’un pays dispose d’un avantage comparatif favorable dans la production où son coût de production est le plus proche de celui qui est le plus compétitif (écart le moins défavorable).
Ici :
* La GB va se spécialiser dans le drap car c’est danscette production qu’elle a le désavantage de coût de production le plus faible (+ 10h contre 40h pour le vin).
* Le Portugal va se spécialiser dans le vin
b) .. cf poly
Le coût après spécialisation est donc inférieur au coût avant spécialisation pour une production globale ; il y a un gain économique pour les 2 pays (=gains de productivité).

Les théories des avantages absolus etrelatifs ont conduit à une Division Internationale du Travail (DIT) entre les nations :
* Processus de spécialisation des productions au niveau international
* Échanges fondés sur la complémentarité (ex. des matières premières contre des produits manufacturés) => commerce inter-branches.
Le CI est un jeu à somme positive ; chaque pays gagne à la participation au CI même si larépartition du gain mondial est inégalitaire.
*
3. Les dotations en facteurs : le modèle d’Hecksher, Ohlin et Samuelson (HOS)
* Selon le théorème HOS, un pays à tendance à se spécialiser dans la production pour laquelle la combinaison des facteurs de production dont il dispose (travail, capital) lui donne le maximum d’avantages.

* Il aura intérêt à fabriquer et à exporter les...
tracking img