Les embarras de paris

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1987 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : «  Que croyez-vous que soit un artiste ? Un imbécile qui n’a que des yeux s’il est peintre, des oreilles s’il est musicien ou une lyre à tous les étages du coeur s’il est poète ?......Non, la peinture n’est pas faite pour décorer les appartements. C’est un instrument de guerre offensive et défensive contre l’ennemi. »
Pensez –vous que l’art (sous ses différentes formes) puisse être unearme de guerre ?

Intro :

L’art est une notion qu’il a lgtps été malaisée de définir.
Le mot « art » puise sa source dans le latin, Ars, artis « habileté, métier, connaissance technique » ; désignant aujourd’hui tout ce qui serait susceptible d’avr trait à une activité humaine ou son produit, consistant à agencer entre eux des éléments disparates, en s’adressant délibérément aux sens,aux émotions et à l’intellect.
Il a fallu attendre les Lumières pour établir cette définition, de nos jours, communément admise.
S’il y a euphonie à l’élaboration de cette définition, les fonctions de l’art restent un sujet discutable. Les années trente sont le cadre de ce débat idéologique où la question se pose avec d’autant plus d’acuité en sachant que les sociétés st traumatisées par l’oeuvrede la guerre.
«  Que croyez-vous que soit un artiste ? Un imbécile qui n’a que des yeux s’il est peintre, des oreilles s’il est musicien ou une lyre à tous les étages du coeur s’il est poète ?......Non, la peinture n’est pas faite pour décorer les appartements. C’est un instrument de guerre offensive et défensive contre l’ennemi. »
Selon Picasso, à qui l’on doit ces mots, aucune productionartistique ne saurait être anodine. Cette citation jalonnera notre reflexion sur l’Art. D’abord, il convient de s’interroger sur les limites de l’Art en s’arrêtant notamment sur un concept relatif à la vision de chacun et sur son usage à des fins politiques, ensuite d’examiner dans quelle mesure la position de Picasso peut trouver un écho véridique.

1ère PARTIE :

L’art chancelle (ou chancèle)entre illusion et vérité. Si l’on se réfère à Platon, l’individu est composé de différentes parties, à l’image de la Cité : le Nous, esprit ou partie rationnelle, le Thumos, ardeur ou courage et l’Epithumia, cad les appétits. De là, la justice a pu être définie comme la subordiantion des parties inféreures à la partie supérieure, autrement dit à l’élément rationnel (Nous) dont la fonction est dechercher à connaître le vrai. Donc la recherche de la Vérité suppose que toutes les parties y participent. Or, d’après Platon, lorsque ce sont les parties inférieures qui dominent la raison, on recherche alors une vérité qui soit en mesure de nous satisfaire. A partir de là, les oeuvres d’art ne peuvent montrer que les choses, telles qu’elles sont pour nous et non telles qu’elles sont en soi. Celarenforce notre tendance à croire que les choses existent telles qu’elles nous apparaissent.
Ainsi l’art peut être jugé selon certaines valeurs, comme la morale, des valeurs pas toujours partagées. A l’instar de Grégor Schneider, qui a l’intention d’exposer un être humain mort dans un musée sous prétexte de briser un tabou dans la société, l’opinion publique accorde divers traitements àl’oeuvre d’art. L’art est donc soumis aux regards vigilants et aux valeurs de chacun.
Si l’art va trop loin, il peut outrer et alors son essence même est discréditée. D’autant plus qu’à l’époque dans laquelle nous vivons, où les médias seraient le quatrième pouvoir, donc non négligeable, la moindre critique qu’une oeuvre essuyerait venant d ‘une revue ou d’une émission prestigieuse peut, de fil enaiguille, lui être fatale. L’art serait donc jugé et « classé » par une élite dont l’avis nous importe, si nous agissons à l’exemple des moutons de Panurge.
Nous ne pouvons pas non plus omettre le fait que l’Art n’est pas accessible à tous, faute d’un capital culturel suffisant, de moyens, de temps ou encore de curiosité. A supposer que toutes ces brèches soient colmatées, il reste...
tracking img