Les enjeux de l'alimentation dans le monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3372 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les enjeux de l’alimentation dans le monde

L’alimentation est au cœur de nos sociétés dans lesquelles elle joue un rôle social, culturel et vital de premier plan. L’alimentation est ce qui permet aux êtres vivants de survivre dans leur milieu naturel, c’est ce qui fait perdurer l’espèce humaine. En se nourrissant, ils apportent à leur organisme des nutriments nécessaires à son bonfonctionnement et à l’entretien d’une bonne forme physique. Elle peut être synonyme de plaisir ou de survie selon les pays, la nourriture est l’objet d’enjeux qui dépassent largement les seules questions alimentaires.
Ainsi l’assiette n’est-elle que l’aboutissement d’une vaste chaîne, d’un véritable système alimentaire mondial dont elle n’est que l’aval et qui révèle à sa manière le fonctionnement de nossociétés ? Les comportements alimentaires évoluent : la mondialisation économique et culturelle, les progrès techniques, l’évolution du goût et les nouveaux modes de vie modifient en profondeur la « planète alimentaire ».
On cherchera donc à savoir : quels sont les dessous de nos assiettes dans le contexte de mondialisation actuel ? Et pour cela, on s’intéressera aux défis, questions, bref, auxenjeux qui sont englobés dans cette thématique de l’alimentation. On s’intéressera d’abord à l’alimentation sous l’angle du problème de la faim dans le monde puis le rapport à la production avec le défi qui s’annonce avec la démographie galopante et, enfin, on verra l’alimentation depuis un point de vue nouveau avec les nouvelles préoccupations.

Tout d’abord, qui dit alimentation dit nourritureet donc faim. C’est pourquoi, on se penchera d’abord sur le rapport entre l’alimentation et la faim. On verra le problème de la sous-alimentation et la persistance de la pauvreté dans le monde puis la fréquence des crises alimentaires et le rôle des ONG.
Un des problèmes récurrents quant au problème de la faim est celui de l’inégale répartition des ressources et donc de la sous-alimentation danscertains pays. Chaque « estomac » sur terre est loin d’être rassasié à chaque repas ! Et même, dans certains cas, quand on a un bout de pain tous les deux jours, il faut s’estimer heureux… L’ONU estime que 842 millions de personnes souffrent de sous-alimentation chronique avec 95% dans les pays en développement. La malnutrition est un produit du sous-développement et de la pauvreté. Elle affaiblitles individus, qui deviennent donc plus faibles et moins aptes à travailler correctement. En donnant ces chiffres, on pense de suite à l’Afrique – qui est de loin la plus touchée - mais il ne faut pas non plus oublier que même en France, les malnutris existent, ils sont tout de même 800 000 dans les pays industrialisés. Cette malnutrition est un enjeu primordial car on ne peut pas laisser lesgens mourir de faim.
Ce sujet nous invite à nous pencher sur les enjeux actuels dans le monde et un des phénomènes nouveaux lié à l’alimentation est le retour des « ventres creux » et des crises alimentaires. En effet, ces crises sont de plus en plus fréquentes et touchent maintenant des populations même urbaines. L’originalité vient du fait qu’elles superposent deux crises : celle qui touche demanière chronique les pays en développement depuis les années 60 –l’insécurité alimentaire a beaucoup chuté laissant le phénomène développé ci-dessus se propagé encore plus- et celle qui touche les classes moyennes urbaines qui est liée à la forte augmentation les prix des denrées alimentaires (+10% pour la viande, +48% pour le lait et +80% pour les céréales). On se rend vit compte que cette «nouvelle » crise est liée à un autre problème actuel : celui des biocarburants. En effet, John Lipsky a déclaré en 2008 que « l’augmentation de la demande pour les biocarburants compte pour 70% dans la hausse des prix du maïs et pour 40% dans celle des graines de soja ». Selon l’agence internationale de l’énergie, la part des terres consacrées au «carburant vert » devrait passer de 1% en 2007 à...
tracking img