Les enjeux de l'analyse conversationnelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 39 (9560 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Article
« Les enjeux de l’analyse conversationnelle ou les enjeux de la conversation » Diane Vincent
Revue québécoise de linguistique, vol. 30, n° 1, 2001, p. 177-198.

Pour citer la version numérique de cet article, utiliser l'adresse suivante :
http://id.erudit.org/iderudit/000517ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines dusavoir.

Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/documentation/eruditPolitiqueUtilisation.pdf

Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Lavalet l'Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : erudit@umontreal.ca

Document téléchargé le 26 octobre 2010 04:50

Revue québécoise de linguistique, vol. 30, no 1, 2001, © RQL (UQAM), MontréalReproduction interdite sans autorisation de l’éditeur

LES ENJEUX DE L’ANALYSE CONVERSATIONNELLE OU LES ENJEUX DE LA CONVERSATION Diane Vincent Université Laval 1. Introduction a conversation est une activité aussi banale que complexe : banale, parce qu’elle s’exerce à répétition sur une base quotidienne; complexe, parce qu’en plus de faire intervenir toutes les composantes de la langue, elle sollicitesimultanément les compétences psychosociales qui permettent aux individus de se comprendre et de s’entendre. Qu’elle soit vraie, grande, petite ou musclée, elle est fondatrice des relations sociales que les individus auront à établir au cours de leur vie. C’est en effet au cours d’activités conversationnelles qu’on apprend à parler, qu’on transmet ou qu’on acquiert des connaissances et des biens,qu’on harmonise ses rapports avec autrui, qu’on se définit socialement, qu’on reçoit ou qu’on établit un diagnostic, qu’on conclut ou qu’on fait échouer une transaction, qu’on règle des conflits ou qu’on les attise. Dans son sens étroit, le terme «conversation» peut être compris comme «la parole qui se manifeste quand un petit nombre de participants se rassemblent et s’installent dans ce qu’ilsperçoivent comme une courte période coupée des tâches matérielles; un moment de loisir ressenti comme une fin en soi [...]» (Goffman 1987 [1981] : 20). Il s’agit là d’une définition assez proche du sens commun attribué à une «vraie conversation», tel qu’il ressort d’une étude antérieure :
Une vraie conversation est une activité en soi et pour soi qui émerge dans une atmosphère de paix et dequiétude. C’est une activité privée qui rassemble un nombre limité de participants qui sont dans un état d’attention et de confiance. Une vraie conversation implique la réciprocité et une écoute attentive, en plus de sujets sérieux qui sont abordés en profondeur. Il s’agit d’un moment spécial pour l’expression des émotions et de l’intelligence. Laforest et Vincent 1996

L

178

LES ENJEUX DEL’ANALYSE CONVERSATIONNELLE

L’analyse conversationnelle 1 porte sur des activités nettement plus diversifiées que celles visées par cette définition étroite, puisque les règles qui ont été dégagées dans ce cadre s’appliquent dès lors que deux individus sont en présence et qu’ils entrent dans une dynamique interactive telle qu’ils produisent en alternance des tours de parole; elle englobe desconversations relevant tant des sphères publique ou privée que personnelle ou professionnelle. Il revient aux interlocuteurs d’activer les compétences nécessaires et de mettre chaque composante adéquatement en place – sans (trop de) dérapage – pour que les finalités de la rencontre soient comprises et satisfaisantes pour toutes les parties. Ainsi, les composantes de base d’une séance de commérage entre...
tracking img