Les espaces ruraux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 31 (7632 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LES ESPACES RURAUX PEU OU PAS AGRICOLES DU TERRITOIRE FRANÇAIS

Introduction

Aujourd’hui, l’espace rural n’est plus synonyme d’espace agricole ; l’espace rural a perdu une partie non négligeable de ses fonctions productrices au profit d’autres usages. Cependant, la délimitation spatiale des espaces concernés pose une double ambiguïté :
- « peu ou pas agricoles » : comment évaluerle degré d’ « agricolité » d’un espace? On fera entrer dans la catégorie « espace peu ou pas agricole » les portions de territoire dont l’activité agricole n’est pas l’activité dominante, mais aussi celles qui connaissent une crise de leur agriculture au point que cette dernière ne suffit plus pour assurer la survie économique de la région, sans pour autant qu’une reconversion soit en cours. Ils’agit donc d’espaces à la situation économique contrastée : espaces en crise, espaces anciennement tourné vers une / des activité(s) non agricoles, espaces en cours de reconversion.
- « espaces peu ou pas agricoles » : à quelle échelle faut-il considérer l’espace ? Nous nous bornerons en général à l’échelle de la région, sans omettre d’évoquer, à plus grande échelle, les cas de multiactivité oùun espace industriel ou touristique qui, bien que situé dans une région agricole, est tout de même un espace non agricole.
Je reviendrai sur une délimitation plus précise des espaces concernés dans la première partie.

Le manque de données relatives à l’espace rural spécifiquement peu ou pas agricole m’a conduite à partir d’une problématique sans doute généralisable à tout l’espace rural,cependant, j’ai essayé de centrer les exemples sur des espaces peu ou pas agricoles.
2 axes d’étude :
A) l’étude des espaces ruraux peu ou pas agricoles revient à confronter 2 perceptions de l’espace rurale et de son devenir :
- Certains ouvrages insistent sur la crise rurale, l’accentuation du déséquilibre démographique, du chômage et de la marginalisation des populations qui restentdans les campagnes et utilisent même le terme de « désertification » pour qualifier le phénomène de crise rurale.
- A l’opposé, Bernard Kaiser parle de renaissance rurale et de ruralité choisie : il insiste sur la reprise démographique de certains domaines ruraux, notamment ceux placés dans l’orbite de centres urbains importants ; il souligne leur recomposition sociale et valorise lespossibilités d’innovation et de développement, les éléments de renouveau.
B) Cette étude renvoie finalement à analyser la diversité des situations : ceci légitime la formulation du sujet : il y a bien des espaces ruraux peu ou pas agricoles en France, le pluriel ayant valeur de diversité.

Plan
1/ La mutation des espaces ruraux qui a sonné le divorce entre rural et agricole a étéaccompagnée de l’apparition d’un « mythe de la désertification » des campagnes françaises. Si l’utilisation du terme de désertification est contesté, il s’agit néanmoins d’analyser les aspects et les facteurs de la crise multiforme qui touche les espaces ruraux peu ou pas agricoles.
2/ A l’instar de ceux qui refusent une vision uniforme et pessimiste du devenir des espaces ruraux, on peutétudier les espaces ruraux peu ou pas agricoles sous l’angle de leur « renaissance » : il convient donc d’analyser les voies, les manifestations et les limites de celle-ci.
3/ Il ressort des ces approches l’extrême diversité des fonctions et de l’état socio-économiques des espaces ruraux peu ou pas agricoles en France ; une typologie distinguera, en fonction de ces critères, les espaces rurauxpériurbains, les espaces ruraux fragilisés et les espaces ruraux diversifiés.

1/ Mutation des espaces ruraux et mythe de la désertification

1) Espace rural / espace agricole

a) l’espace rural n’est plus synonyme d’espace agricole.

Les espaces agricoles , espaces nourriciers des sociétés, sont l’objet de représentations collectives parmi lesquelles l’image de...
tracking img