Les etablissements de credit au maroc

LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT AU MAROC

INTRODUCTION GENERALE :

La logique de la libéralisation et de la mondialisation touche aujourd’hui tous les secteurs de l’économie aussi bien sur le plan national qu’international. Des mutations importantes ont changé le paysage économique et politique planétaire.

A l’origine de ces bouleversements, l’éclatement politique des ex-pays de l’Estnotamment l’Union Soviétique ouvrant la voie à une hégémonie des Etats Unis sur l’échiquier international.

La logique de confrontation jadis observée sur le plan politique s’est transformée en une confrontation économique où la concurrence internationale est devenue de plus en plus vive.

On est passé alors d’une alliance entre Etats d’obédience politique et idéologique similaire à des groupementsprivilégiant les intérêts économiques partagés par les Nations.

Le Maroc, adopta une nouvelle politique économique lui permettant d’intégrer le nouvel ordre mondial afin d’asseoir sa croissance économique et sa compétitivité tout en préservant ses équilibres fondamentaux internes. Le processus de réformes fût entamée dés 1983 avec le plan d’ajustement structurel visant une action delibéralisation progressive en harmonie avec des impératifs d’ordre social, les nouvelles mesures se succédèrent sur le plan de la politique budgétaire, de l’échange, de la fiscalité, des privatisations etc.

L’analyse de la tendance fait ressortir une nouvelle vision étatique consistant à mener les réformes qui créent les ingrédients nécessaires pour un rôle de plus en plus régulateur de l’économie.Ainsi, observons-nous un désengagement progressif de l’Etat des secteurs jugés jadis prioritaires tel le logement, le tourisme, … en ouvrant la voie au libre jeu du marché.

Le deuxième axe majeur des réformes entreprises concerne le système financier qui s’inscrit également dans la mouvance des politiques menées sur le plan économique.

On ne soulignera jamais assez l’importance des problèmesmonétaires et financiers dans le développement des économies, dans leur stabilité macro-économique et leurs perspectives d’avenir.

Au niveau mondial, plusieurs réformes de libéralisation monétaire et financière ont été entreprises. Ces réformes avaient pour objectif d’éliminer la répression financière en libérant les taux d’intérêt et permettre le passage d’une économie d’endettement à une économiede marchés financiers.

La politique quantitative a cédé la place à la politique qualitative reposant sur le libre jeu du marché et les mécanismes de contrôle indirect. D’importantes actions ont été entreprises à cet effet : déréglementation, désintermédiation, décloisonnement, désencadrement, libéralisation des taux d’intérêt.

Les innovations financières issues de la libéralisation se sontaccrues de manière très rapide grâce à des technologies informatiques très avancées qui ont gagné l’ensemble de la planète.

C’est dans cet environnement que s’inscrit la réforme bancaire au Maroc teintée par une politique fondée sur les mécanismes du marché de crédit et le contrôle indirect.

La réforme du système financier et bancaire marocain est fortement inspirée des innovations observéesau niveau international, elle se veut un moyen au service des réformes entreprises dans le cadre économique, et un facilitateur de l’intégration du pays dans le nouvel ordre mondial.

Cette réforme a été adoptée en tenant compte des réalités économiques marocaines. Elle englobe la politique monétaire, la réforme des établissements de crédit et les marchés des capitaux.

Dés lors la politiquede crédit s’avère nécessaire dans la mesure où elle vise la correspondance entre la création monétaire et le niveau de l’offre en biens et services, elle vise également l’approvisionnement de l’activité économique en crédit. Autrement dit les autorités monétaires peuvent mener une politique soit expansive soit restrictive, pour ce faire, elles disposent d’un ensemble de techniques de contrôle....
tracking img