Les etats-unis face au nazisme 1933-1939

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8234 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'Allemagne nazie représentait le second marché mondial pour l'entreprise américaine Coca-Cola, aujourd'hui symbole même de l'Amérique et de ses valeurs dans le monde entier. Ce fait peut paraître anecdotique mais il illustre en partie l'attitude des États-Unis vis-à-vis du nazisme : jusqu'à leur entrée en guerre, les États-Unis considèreront l'Allemagne nazie comme un pays comme un autre, unmarché important, à la différence peut-être que celui-ci est plus violent, moins démocratique que les autres.
C'est le 20 janvier 1933 qu'Hitler arrive au pouvoir en Allemagne, nommé chancelier par le Maréchal von Hindenburg et le 4 mars de la même année, le nouveau Président des Etats-Unis prend ses fonctions : Franklin Delano Roosevelt. C’est donc la même année que les deux hommes, figuresincontournables du XXe siècle chacun pour des raisons différentes, débutent leur mandat.
Bien que la politique américaine soit souvent qualifiée d'isolationniste (au moins envers les affaires européennes) jusqu'en 1937, cela ne signifie pas pour autant que l'Amérique soit indifférente à ce qui se passe en Europe. Si les Américains se désengagent politiquement en Europe, ils ne rompent cependant pasle lien avec les pays européens, même lorsque ceux-ci se tourneront vers des idéologies d'extrême-droite. Les Américains savent donc pertinemment ce qui se passe en Europe, même s'ils ne veulent pas intervenir dans les affaires du continent, jugeant qu'ils ont « suffisamment à faire » avec leurs propres problèmes. L'année 1937 en revanche, peut être considérée comme un tournant, du fait duchangement de la stratégie de Roosevelt qui, réélu en 1936, commence à préparer discrètement l'Amérique en vue d'une potentielle nouvelle guerre. La politique de « America First », slogan phare des mouvements isolationnistes, est donc laissée de côté et le États-Unis se réintègrent progressivement publiquement dans la diplomatie mondiale.
Mais en 1940, une année après le début de la guerre en Europe,la souveraineté des États-nations européens n'est plus assurée et la Grande-Bretagne reste le dernier bastion européen face à Hitler et la terreur nazie. Les Américains se doivent donc de venir en aide, d'abord financièrement et matériellement, à leur allié anglo-saxon. Les États-Unis basculent donc plus radicalement, à partir de ce moment, vers la guerre.
Cependant, en 1940 comme durant toutesles années 1930, l'Amérique n'a pas cessé d'entretenir des relations diplomatiques et commerciales avec l'Allemagne nazie. En témoignent les Jeux Olympiques de Berlin en 1936, une victoire pour la propagande allemande, ou bien encore les succès commerciaux d'entreprises américaines sur le territoire du IIIe Reich. L'opinion publique américaine en effet, bien qu'indignée par la politique raciale durégime nazi, refuse toute intervention américaine dans la zone d'influence allemande. C'est là tout le paradoxe de la société américaine vis-à-vis du nazisme : si presse et opinion publique s'indignent du traitement réservé aux Juifs, les autorités américaines tentent dans un premier temps de les minimiser, pour ne pas s'attirer l'hostilité du régime nazi, si l'on dénonce le sort des opposantspolitiques et des Juifs, bien peu sont prêts à accueillir des réfugiés dans un pays souffrant encore du chômage et de la crise économique.
On peut donc s’interroger sur l’attitude des différentes composantes de la société américaine, les influences des unes sur des autres Dans un premier temps, nous étudierons les réactions du monde politico-économique, sa retenue malgré la vision internationale deRoosevelt. Ensuite, nous verrons l’ambiguïté de l’attitude de la population, partagée entre indignation et volonté de neutralité, entre hostilité et admiration pour le régime nazi dans un contexte de crise économique. Enfin, nous verrons en quoi le monde artistique, souvent outil aux mains des revendications idéologiques, se tourne avec préférence, dans les années 1930, vers les préoccupations...
tracking img