Les explications du vote

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1224 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Texte Lehingue: Les explications du vote.
Patrick Lehingue, dans son texte Les explications du vote, étudie non pas à la différence
d'Alain Garrigou la manière dont les individus votent mais au pourquoi de leur vote. Il
s'intéresse aux motivations des individus, aux raisons de leurs votes. Tout d'abord l'auteur
rappelle l'évolution de l'électorat passé du suffrage censitaire au suffrageuniversel proclamé
en 1848. Il va s'intéresser à la manière dont les études électorales visent à caractériser
l'électeur type, «l'électorat partisan». Il va également s'interroger en quoi les explications du
vote sont une notion à empiriquement et à scientifiquement expliquer. Pour cela il va
étudier les différentes études électorales menées depuis 1944. En effet, il s'intéresse en
premier lieu àAndré Siegfried et son ouvrage Tableau politique de la France de l'ouest, il va
en tirer 5 raisons qui prouvent sa rigueur scientifique: l'étude des comportements non plus
de conjoncture mais de structure des individus votant, l'utilisation d'une démarche
empirique menant à l'objectivité des résultats, la corrélation entre «caractéristiques
politiques» et «caractéristiques sociales», la priseen compte de tous les facteurs sociaux et
économiques (également géopolitique) pouvant être déterminant au vote et enfin la
transposition et la corrélations de facteurs sociaux, économiques mais aussi naturelles
permettent de s'interroger aux déterminants d'une motivation à voter, d'un but à être
partisan de tel ou telle candidat Dans le même sens, les travaux de l'école de Columbia etnotamment de Lazersfeld reprenne ces cinq principes de souci scientifique. Tout d'abord, la
volonté d'étudier «comment l'électeur se décide» non pas sur une conjecture précise mais
sur la structure même du système étudié, la volonté également de prouver empiriquement
ses résultats, leur soumission à l'épreuve du terrain par lequel ils vont êtres contraints de
faire évoluer, de changer leurshypothèses, l'idée que l'individu est socialement déterminé,
et enfin que le vote est «une véritable expérience de groupe», c'est-à-dire que le vote
individuel est animé par la volonté du groupe auquel il appartient et qu'il peut densément
changer d'opinion suivant ces déterminations d'appartenance. De nombreuses critiques ont
ensuite été avancé, d’une part pour Siegfried à qui l’on a reproché unevision trop passé du
vote et de faire ainsi des distinctions raciales, et d’autre part à Lazersfeld, auquel on a
reproché d’être soumis à ses instruments d’enquête, n’analysant pas les relatives limites de
ses outils. Selon ses auteurs le vote est donc une prédétermination sociale et naturelle des
votes, en reprenant cette idée, Lehingue rajoute d’autres variables explicatives, qu’elles
soientobjectives, le secteur d’activité, le niveau de revenu, le volume et la composition du
patrimoine, le capital scolaire hérité ou accumulé et la trajectoire sociale ou qu’elles soient
subjectives, la représentation de l’espace sociale, les perceptions de leur avenir, le degré
d’adhésion à une idéologie ; ces variables permettent en outre d’expliquer de vote, de
caractériser l’homme électeur, d’enexpliquer les raisons. Le travail de ces auteurs c’est donc
de déterminé ce qu’est électeur, dans quels buts un individu vote. En partant du principe
que les campagnes électorales sont des « querelles byzantines » c'est-à-dire sans grand
intérêt, comment un individu déjà socialement inégalement informé politique peut voter en
toute objectivité. L’autre constat avancé par l’auteur, en plus dufait que la compétence
politique dépend du niveau social notamment, est que malgré tout le relatif intérêt politique
de certains individus, la variable la plus décisive dans la question du vote est l’ignorance ou
non du jeu politique exercé par les campagnes électorales. Dans cette optique, la question
est de comprendre comment peuvent se concilier d’une part la stabilité des votes...
tracking img