Les fabliaux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1972 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les fabliaux

Tout d’abord, qui de nous n’a jamais, au moins une fois dans leur vie, lu ou entendu des fabliaux? Ces petits contes que l’on nous racontait lorsque nous étions enfant et dont nous nous souvenons encore depuis tout ce temps. En effet, la plupart d’entre nous en on déjà entendu parler et en on déjà fait la lecture de quelques-uns par eux-mêmes auparavant. Leur existence date detellement longtemps que même les livres ont de la difficulté à retracer l’année exacte où ils ont fait leur début dans la littérature française. Selon plusieurs, ils auraient apparus vers le 12ième siècle et se seraient étendu jusqu’en fin du 14ième siècle. Ces petites histoires sont une sorte de petites comédies qui pouvaient passer du réalisme total, où l’on pouvait retrouver toutes les différentesclasses sociales; nobles, bourgeois, prêtres, paysans, marchands etc., pour ensuite se transporter vers un monde totalement irréaliste et imaginaire, où l’on retrouvait animaux du surnaturel, magiciens et déesses etc. Malgré la controverse qu’ils ont créée lors de leur apparition, les fabliaux n’ont jamais perdu de leur popularité. Pourquoi? Qu’est-ce qui a fait, pendant tout ce temps, que cespetits contes ont pu rester dans la vogue du 13ième siècle. Mais plus encore, qu’est-ce qui a fait que pendant tous ces siècles, nous les connaissons encore et les considérons comme un bijou de la littérature française. Tout au long de ce projet, je mettrai en évidence les différentes raisons pour lesquelles les fabliaux ont persisté dans le temps. Je commencerai par parler des différentes théoriesqui existent à ce sujet. Ensuite, j’identifierai les nombreuses raisons qui ont fait en sorte que les fabliaux ont été et restent encore si populaires dans le cœur de tous les amateurs de la littérature française.

Les différentes théories
Comme mentionné auparavant, les fabliaux ont amené avec eux, à leurs premières apparitions, beaucoup de controverses. Cependant, ils ont quand même connu ungrand succès et ont resté en vogue pendant plusieurs années. Cette constatation en a poussé plusieurs à se demander pourquoi une telle force de diffusion de ces contes et une telle force de persistance de ces fabliaux dans le temps. Trois théories sont ressorties pour essayer d’expliquer ceci ; la théorie aryenne, la théorie nouvelle dite anthropologique et la théorie orientaliste.

La théoriearyenne
Selon cette théorie, les fabliaux seraient tellement ancrés dans le passé qu’ils feraient presque partie de notre histoire et c’est pour cette raison qu’ils persistent autant dans le temps. En effet, selon le philologue allemand Jacob Grimm les fabliaux seraient « comme les sables bleus, verts et roses avec lesquels jouent les enfants dans l’île de Wight, sont le détritus de plusieurscouches de pensées et de langages ensevelies profondément dans le passé ». Ils sont le patrimoine des peuples aryens avant leur séparation. Ceux-ci affirment qu’ils sont la transformation dernière et l’aboutissement d’anciens mythes solaires, stellaires et crépusculaires. Voilà ce que cette théorie propose, qu’ils datent de tellement loin, qu’ils sont presque comme un héritage naturel de nosancêtres.

La théorie anthropologique
La théorie anthropologique n’est pas tellement différente de celle expliquée précédemment. Elle revient à dire que les fabliaux ont une persistance dans le temps en raison de son ancrage dans le passé. Alors, étant donné qu’ils étaient considérés comme la transformation de certains mythes, et que ces mythes étaient eux-aussi ancrés dans l’esprit et les coutumes desgens de cette époque, ils ne pouvaient que représenter beaucoup pour ces gens. En plus, les auteurs de fabliaux faisaient en sorte que ces mythes représentent d’anciennes croyances bien réelles, des légendes qui reflétaient vraiment les usages de cette époque ainsi que leurs pensées quotidiennes. Les contes-fabliaux représentaient donc, encore une fois, une sorte d’héritage de la race aryenne...
tracking img