Les familles monoparentales

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1177 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La famille monoparentale

Une famille monoparentale est comme l’indique son nom, composées d’un parent (le plus souvent la mère) et d’un ou plusieurs enfants. Elles découlent dans 75% des cas d’une séparation des conjoints, ou encore d’une non-reconnaissance de l’un des deux parents, d’un décès, ou, dans de très rare cas de l’adoption d’un enfant par un adulte célibataire. Ce type de famille necesse d’augmenter en France. Il est passé de 680 000 ménages en 1962 à prés d’1,6 millions en 2009. De nos jours 1 enfant sur 4 vit avec un seul parent.
1) La précarité
Dans 85% des cas, les enfants sont élevés par leur mère. Ces familles cumulent la plupart du temps faibles revenus, mauvaises conditions de logement, et précarité. Les parents isolés sont très vulnérables face à l’emploi, ilssont deux fois plus au chômage que les autres parents (14,4% contre 6,9%), et sont plus exposés aux horaires atypiques (mi-temps…). De plus une mère célibataire ne représente pas la réussite sociale, sa candidature est le plus souvent mise à l’écart. Ces femmes trouvent parfois une issue dans le travail à domicile ou sur internet ce qui leur permet d’aménager leurs horaires et leur procure unrevenus minimum pour la survie de leur famille. Il faut savoir que les familles monoparentales ont un niveau de vie inferieur de 25% à celui de l’ensemble des ménages. Et qu’un tiers des parents isolés sont bénéficiaires d’un minima sociaux, notamment l’API (allocation des parents isolés), ou encore le RSA (anciennement RMI).
2) La place de l’enfant
Mais cette précarité génère des problèmes et desfragilités dans l’éducation de l’enfant. Le manque d’un parent, modèle pour l’enfant, est une contrainte pour construire son identité et entraine parfois un manque de repères. Le parent seul doit s’organiser entre une activité professionnelle, doit gérer son temps de travail, et veiller à la garde de ses enfants, aux courses... La culpabilité, la fatigue, le manque de temps…il est impossible de nepas faiblir sur ses principes éducatifs. L’enfant va essayer de repousser les limites et risque de prendre peu à peu le contrôle. L’enfant monoparental est parfois caricaturé comme violent à l’école, mal élevé, et ayant des problèmes d’intégration. Ces bouleversements sont en fait un moyen de se protéger ou de contourner l’agression, l’abandon affectif dont il est victime. Ce n’est cependant pas unétat définitif puisque ces troubles apparaissent généralement lors de l’éclatement de la famille et peuvent se surmonter avec un soutien spécialisé et suivi.
3) Les inégalités face à la société
Il faut de plus constater qu’un enfant constitue une dépense importe. De part leur revenu et leur situation précaire, il est alors difficile à un parent isolé de le faire bénéficier de la même chanced’accès aux vacances et aux différents loisirs. Les activités extrascolaires par exemple (comme la musique, le sport, la danse…) sont généralement payantes, et les mamans peinent à offrir ces activités à leurs enfants. Et lorsque des solutions de proximité existent et sont prisent en charge (CAF, crèches sociales…), les modes de transport ou les horaires viennent compliquer leur mise en place. Il estrarement pris en compte qu’un parent seul ne peut être substitué par une tierce personne (alors que dans une famille avec les 2 parents, si l’un ne peut se rendre quelque part, c’est l’autre qui prend sa place).
Cette situation n’est pas définitive puisqu’en moyenne 5 ans après une séparation, les parents seuls se regroupent et forment alors une famille recomposée.

La famille homoparentaleMême si l'accroissement du nombre de familles monoparentales ou recomposées a fortement changé le schéma classique de la famille nucléaire, les familles homoparentales, elles, présentent un schéma plus complexe. L'homoparentalité en France est souvent un sujet tabou et de controverse, mais est néanmoins une réalité incontestable. Aujourd'hui, le gouvernement estime à environ 30 000, le nombre...
tracking img