Les faux monnayeurs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1258 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Il existe dans la vie certaines choses qu'on ne peut pas réellement évoquer. On manque de mots, ou on ne sait même pas expliquer ce qu'on ressent. Qui peut se targuer de raconter une émotion ? N'importe quoi, me direz-vous ? Sinon, comment pourrait-on, par exemple, raconter la peur ? C'est bien une émotion, qui pourrait le nier ?
« Il sentait ses jambes se dérobaient sous lui. Il ne contrôlaitplus les tremblements de son corps. Sa peau se hérissait comme sous une caresse immonde, et il sentait ses cheveux le tirailler sur sa nuque, comme s'ils voulaient s'en arracher et fuir. Une goutte unique de transpiration lui glissait lentement entre les omoplates. Il sentait la boule que formait dans sa gorge son cri qui refusait de sortir. »
Mais est-ce vraiment de la peur dont il s'agit, ou leseffets de la peur sur l'homme ? Connait-on l'essence de la peur ? Non. De cette manière, la peur est impossible à décrire. On peut juste se contenter d'effleurer sa surface, la seule partie d'elle qui nous est accessible.

Bien que cette introduction n'ai aucun rapport avec le présent sujet, je n'ai pas pu trouver de meilleur moyen de l'introduire malgré tout.

Car la description dessentiments qui m'assaillent quand je me balade la nuit sera elle aussi très superficielle. Tout simplement car c'est parfois quelque chose d'indicible, parce que trop intime pour pouvoir le communiquer de manière compréhensible.
Tout commence par une excitation ô combien classique : celle de braver l'interdit. En effet, quel parent accepterait -à juste titre- que sa fille encore adolescente sorte à desheures tardives pour aller marcher seule ? Les heures auxquelles sortent les détraqués et les voyous ne sont pas faites pour les petites filles. Et, il faut croire que pour mes parents, je reste tout aussi vulnérable qu'une petite fille pour ce genre de chose. C'est une sensation vraiment exaltante de descendre sans faire aucun bruit, de se forcer à tout faire lentement alors qu'on brûle de courirdehors.
Car il faut aussi ajouter qu'être insomniaque amène très vite deux compagnons. L'ennui, qui n'est pas vraiment gênant, mais dont l'absence ne serait pas non plus un problème, et une certaine sensation d'étouffement. L'impression de se retrouver enfermé entre quatre murs et de voir l'espace diminuer de plus en plus au fur et à mesure que la nuit passe. Il ne nous vient alors qu'une seuleenvie : sortir, faire autre chose pour échapper à cette prison de l'esprit. Arrêter de compter les heures qu'il faudra encore rester là à ne rien faire avant le matin. On pourrait, certes, se contenter de lire. Mais une fois qu'on a tout lu, et relu ? On pourrait dessiner. Mais si on n'est pas satisfait de notre œuvre, à quoi bon ? On pourrait regarder la télé, ou bien jouer à l'ordinateur. Mais aufinal, on ressent le besoin d'une coupure nette, profonde et brutale. Toutes ces activités finissent par devenir une partie de notre prison personnelle dans laquelle la nuit nous enferme.
Alors on s'habille, on prend ses chaussures à la main, et on sort discrètement. Et là, c'est une délivrance.
L'excitation est là, bien présente, mais elle se dissout dans une plénitude indescriptible. On sesent bien, libre. Oui, c'est pour moi le moment où je me sens le plus libre. Tout les choix ne dépendent que de toi. Tu as fait le premier pas, celui de quitter ce foyer qui t'étouffe. Maintenant, tu peux aller où bon te semble, tant que ton corps te le permet.
Ensuite, le monde est, la nuit, différent. Tes yeux ne te servent plus à grand chose. Et c'est, pour moi, un grand gain. Autant êtresincère, cela fait longtemps que je ne me fie plus à mes yeux. Pour la simple et bonne raison qu'ils sont quasiment foutus. Si un jour mes lunettes cassent, je ne serait pas capable d'y voir à moins d'un mètre. Et ce monde dans lequel mes yeux sont devenus accessoires m'offre un repos que je ne peux pas trouver autrement. Je me base plus sur les sons et les odeurs, et je n'ai pas besoin d'autre chose....
tracking img