Les femmes aussi ont perdu la guerre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (816 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
* § *


Le Père NOËL, est-il vraiment une Ordure ?...

Quand j'avais 5 ou 6 ans... Quelques temps avant NOËL, j'entendais ma Mère me dire :

_ « Si tu n'es pas sage ? Le Père NOËL net'apportera aucun cadeau !... Au pied du sapin ».
Pour voir si c'était vrai ?... Avec ma sœur cadette, nous avions décidé de laver le chien en plein
Mois de décembre. Nous le montâmes dans unbaquet d'eau très froide.
Le savonnant bien avec de la lessive...
Après nous l'avions essuyé, avec un drap qui séchait sous le hangar à bois
Pour finir le bouquet ?... Nous l'avionsemmitouflé, dans la couverture séchant sur le fil.
Quelques minutes plus tard...
Notre Mère arriva, cherchant du bois pour chauffer la maison.
En hurlant, elle nous demanda :
_ « Qu'est-ce que vousavez fait comme connerie ?...
_ Vous avez lavé le chien ? Il gèle à – 5° !...
_ Vous êtes complètement fous !... De faire çà ! À cette pauvre bête...
_ Il est tout tremblant !... Vous allez voirvotre Père ce soir ? ».
Le soir même... Nous recevions une tannée à coup de ceinture. Au lit sans manger.
Dix jours plus tard... Le chien mourut, dans d'horribles souffrances. En hurlant dedouleurs.
Le matin de NOËL...
Dans nos souliers ? Rien... Il y avait un martinet. Plus un fouet de cheval...
Mon petit frère avait, un grand camion... Ma petite sœur un gros Nounours...
Masœur cadette et moi ? Rien ! De rien !...
Je faisais cette réflexion :
_ « C'est dégueulasse !... On a rien !... Même pas une orange ?
_ Juste un Martinet !... C'est pas juste ! ».
Mon Pèredescendit, en me rétorquant :
_ « Et la mort de KIKI ?... Elle était juste ? Elle ! ».

Attrapait, le Martinet... Donna cinq à six coups, sur les jambes de ma sœur cadette.
Puis il prit lefouet... Le déroulait, commença. À le faire claquer parterre.
Me le fit claquer, près de mon oreille droite.
M'ordonnait, de me pencher en avant.
Je m'appuyais, sur mes genoux. Puis il...
tracking img