Les femmes dans la prise de décision en france et en europe. gaspard françoise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1196 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Gaspard Françoise

Les femmes dans la prise de décision en France et en Europe

Editions L’Harmattan, 1997

Françoise Gaspard a une triple formation d’historienne, de sciences politiques et de droit public. Elle a une expérience politique comme élue (maire, députée européenne, députée à l’assemblée nationale, conseillère régionale, conseillère municipale).En janvier 1998, Françoise Gasparda été nommée Représentante de la France à la Commission de la condition de la femme de l’ONU. Elle a été élue en 2000 membre du Comité CEDAW où elle siège depuis janvier 2001. Ses divers travaux ont porté sur l’histoire des migrations, la sociologie urbaine et les mouvements sociaux.

I. Quel pouvoir politique pour les femmes ? états des lieux et comparaisons européenne.

Dans cettepartie du livre, trois points sont abordés : l’état des lieux du système politique français, les raisons de la marginalisation des françaises dans les instances politiques et les hypothèses du retard français sur ce thème.

Les femmes sont exclues de la scène politique française par le fait qu’elles sont à égalité avec les hommes dans les textes mais pas dans les faits. La rareté des françaises dansles assemblées élues est flagrante (6% des députés et 7,5% des maires sont des femmes).
Cependant celles-ci sont d’avantage présentes dans les petites communes que dans les grandes. De plus, plus la population d’une ville est élevée moins celle-ci a de chance de voir une femme élue maire a sa tête. Dans les hiérarchies politiques, contrairement aux hiérarchies scolaires et professionnelles, lesfemmes françaises ont stagnées voire régressées. La seule exception se trouve au sein des assemblées municipales où l’entrée des femmes progressent lentement (de 0,7% des femmes maires en 1947 à 8% en 1996).

Le caractère particulier de la France au sujet de la marginalisation politique des françaises, c'est-à-dire l’inégalité face au pouvoir est dû à plusieurs facteurs. Les femmes sontaccueillies à la base politiques, aux fonctions de conseillère municipale par exemple, mais ne le sont plus lorsqu’il s’agit d’accéder à des fonctions plus hautes telle que les fonctions de député, sénateur, maires de grandes villes. De plus les femmes sont caractérisées comme étant vouées au social, « pour les bonnes œuvres » tandis que les hommes seraient voués à la politique ; cela sous entendrait doncune certaine supériorité des hommes sur les femmes.

Les raisons du retard français sont divers, tout d’abord les raisons historiques ont exclu les femmes du processus de développement politique : premièrement exclues de toute succession à la couronne de France sous la monarchie absolue, deuxièmement lors de la révolution qui dénie aux femmes tout droit à la citoyenneté politique. Il existe doncune image de femmes usurpatrices pour celles qui veulent transgresser la règle de modèle masculin au pouvoir car il y a une hiérarchisation des sexes dans la société. Puis la volonté du féminisme français de rompre avec les institutions établies n’est pas acceptée par les hommes politiques.

Les partis politiques n’ont donc fait attention aux femmes qu’en tant qu’électrices et non en tant quepersonnes éligibles, seule des réformes de type institutionnel pourront entamer ce phénomène de monopolisation du pouvoir par un sexe.

II. Les femmes et la décision dans la ville.

Les femmes présentent dans le débat « les femmes et la décision dans la ville » exercent un métier qui représente des responsabilités souvent attribuées aux hommes. C’est ainsi que l’on rencontre MurielleHerbaux, directrice des études de l’école de formation de la sécurité civile ; Anne-Marie Spitz, commissaire principale de police à Saint-Cloud ; Dominique Versini, directrice du Samu social de Paris ; Chantal Duchêne, de l’association « Femmes en mouvement, les transports au féminin ».

Au fil des questions posées lors du débat et des réponses émises par les femmes, les constatations sont flagrantes...
tracking img