Les femmes dans l'histoire de la documentation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1464 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Nombreuses sont les femmes qui ont œuvré pour la mise au point de nouveaux outils documentaires, spécialement au cours des années 30. Leur rôle a été particulièrement important dans l'élaboration de la profession de documentaliste. Nous dresserons le portrait de cinq d'entre elles, précurseurs chacune à leur manière, et examinerons comment elles ont été à la fois actrices, témoins et narratricesde l'évolution de la science de l'information.1

Suzanne Briet (1894- 1989) : « Madame Documentation »
Après des études d'histoire, d'anglais et de lettres, Suzanne Briet enseigne pendant 3 ans, puis obtient le Certificat d'Aptitude aux Fonctions de Bibliothécaire Universitaire en 1924.
Elle entre à la Bibliothèque Nationale où on ne trouve alors que trois femmes bibliothécaires. Son grandprofessionnalisme n'exclut pas une touche de féminité.
A partir de 1932 et tout au long de sa carrière, elle publie des articles, monographies et bibliographies en relation avec son activité professionnelle. Dès son premier article, paru dans la revue La Documentation en France, elle tente de définir une terminologie pour la documentation.
A la Bibliothèque Nationale, Suzane Briet rassemblel'ensemble des catalogues imprimés, mais aussi ceux des éditeurs et libraires. Elle prépare des bibliographies et des répertoires de centres de documentation. Elle met au point un fichier d'information et ouvre en 1934 une « salle des catalogues et des bibliographies » pour rendre tous ces documents accessibles au public. Cette salle se transforme progressivement en un véritable centre d'orientation derenommée internationale. En 1950, Suzanne Briet y reçoit la Légion d'honneur.

Louise-Noëlle Malclès (1899-1977) : La salle de bibliographie de la Sorbonne
Après avoir obtenu une licence de sciences, elle prépare le CAFB, comme Suzanne Briet, qu'elle rencontre et avec laquelle elle mènera une carrière parallèle. En 1928, elle est nommée à la bibliothèque de la Sorbonne, où elle s'intéresse àl'ensemble des instruments bibliographiques, et ouvre elle aussi une salle de bibliographie en 1932. Elle dresse une typologie des utilisateurs en définissant les objectifs de recherche de chacun.
S'ensuivront une centaine de publications dans lesquels explore les problèmes de la bibliographie. Elle expose également sa conception des catalogues collectifs, qui sont pour elle des organes de liaisonentre toutes les bibliothèques du monde.
Louise-Noëlle Malclès est fortement influencée par Don José Ortega y Gasset, qui considère que l'homme du XXe siècle a de plus en plus de mal à s'orienter dans la masse d'informations contenues dans un ensemble de livres, et voit la mission du bibliothécaire comme « un filtre interposé entre l'homme et le torrent des livres ».2
Louise-Noëlle Malclès aaussi la passion de la transmission du savoir. Elle enseigne dès 1933, et sa salle de bibliographie se transforme en un chantier d'apprentissage ou en « laboratoire de travaux pratiques ».
Yvonne Oddon ( 1902 – 1982) : La bibliothèque du musée d'Ethnographie au Trocadéro
Yvonne Oddon est attirée très jeune par la culture anglo-saxonne, puisqu'elle effectue une année en tant que lectrice au Pays deGalles, avant de rejoindre l'École américaine des Bibliothécaires en 1924. En 1929, elle entre en tant que bibliothécaire au musée d'Ethnographie au Trocadéro, position qu'elle gardera jusqu'en 1964.
Influencée par ses nombreux voyages aux États-Unis, elle se base sur le modèle anglo-saxon du reference-service (équivalent de "documentation") : libre-accès aux ouvrages, dépouillement despériodiques, constitution de dossiers documentaires, orientation des lecteurs vers différentes sources.
Elle insiste sur l'importance des périodiques pour la recherche scientifique et met en place un système d'échange entre bibliothèques pour l'enrichissement des fonds. Elle adopte le système de classification de la Bibliothèque du Congrès et développe le catalogue alphabétique par auteur.
En 1937,...
tracking img