Les femmes et les hommes dans le monde du travail

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1838 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Nous vivons un temps paradoxal et contrasté, qui empêche toute généralisation. Il faut donc regarder point par point ce qui a changé depuis un demi-siècle concernant la place des femmes dans le salariat.

Tout d’abord, il est vrai que la féminisation du monde du travail a continué en dépit de la crise économique et de la montée du chômage : 6,7 millions de femmes étaient actives en 1962, ellessont 12,1 millions aujourd’hui. Dans le même espace de temps, le nombre d’hommes salariés n’est passé que de 12,6 à 14,2 millions. On a donc assisté en quarante ans à un rééquilibrage quantitatif : les femmes représentent aujourd’hui 46 % de la population active, contre 34 % dans les années 60. Mais cette quasi-parité arithmétique ne signifie aucunement l’égalité. Malgré une présence très fortedans le monde du travail, les femmes ont toujours une place très inégale par rapport aux hommes. Il faut ajouter à cela que la plupart d’entre elles ne s’arrêtent plus de travailler à la naissance de leurs enfants : aujourd’hui, en France, 80 % des femmes de 25 à 49 ans sont actives, contre 40 % dans les années 1960. Et l’allocation parentale d’éducation, si elle a fait reculer cette progression dela continuité des trajectoires professionnelles, a surtout contribué à fragiliser les femmes en situation de précarité ou de chômage.

Autre phénomène important à prendre en compte : la progression des scolarités féminines. Depuis les années 1970, les filles ont rattrapé, puis dépassé les garçons : plus de bachelières que de bacheliers et, quelques années plus tard, plus de filles diplômées del’université que de garçons. Les travaux de Baudelot et Establet, tout comme ceux de Marie Duru-Bellat [1] l’ont parfaitement montré et démontré. Les jeunes femmes sont désormais plus diplômées que leurs homologues masculins, mais sur le marché du travail, leurs diplômes n’ont pas la même valeur. Les inégalités sont florissantes.

Quelles sont ces inégalités ? La première, la plus visible, c’estl’inégalité des salaires. En gros, on peut affirmer que l’écart est de 25 %, même s’il s’est resserré par rapport aux années 60. Vous trouverez, bien entendu, des chiffres différents selon que l’on calcule cet écart sur les salaires horaires, mensuels ou annuels. Surtout, et le constat est significatif, on sait que 80 % des salaires inférieurs au Smic concernent des femmes. Il s’agit en majorité defemmes qui ont dû accepter de travailler pour de tout petits salaires plutôt que de rester au chômage. Et ce qu’elles touchent tient plus d’un revenu d’assistance que d’un revenu du travail. Elles sont caissières, vendeuses ou employées de nettoyage à temps partiel, avec des horaires qu’elles n’ont pas choisis, et des salaires qui ne leur permettent pas de gagner leur vie décemment.

La secondeinégalité flagrante touche au chômage. Dans toutes les catégories sociales, à tous âges, les femmes connaissent un surchômage avéré. Ce surchômage est particulièrement fort chez les moins de 25 ans, ce qui laisse tout à fait perplexe : dans des générations où les filles sont plus diplômées que les garçons, à des âges où « l’effet famille » ne joue pas (l’âge moyen actuel à la première maternité estde 29 ans), comment expliquer que les jeunes femmes soient bien plus au chômage que leurs homologues masculins ? On touche là à un des noyaux durs de la discrimination.

Projet – Si on regarde de plus près les itinéraires des femmes au travail, voit-on que celles-ci ont rejoint les hommes, qu’elles ont parfois pris leur place ? Ou exercent-elles des métiers de femmes ? Des bastions masculinsont-ils été conquis ?

– On pouvait penser que l’arrivée des femmes dans le monde du travail y entraînerait une véritable mixité. En réalité, les métiers demeurent très sexués et les femmes sont surtout venues renforcer des métiers déjà très féminisés. Quelques métiers très qualifiés font exception, comme la médecine, le journalisme ou la magistrature, où les femmes occupent désormais une...
tracking img