Les flux migratoires en turquie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4916 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ADDA
Eugénie
KH

DISSERTATION DE GEOGRAPHIE

Les dynamiques migratoires turques et leurs conséquences identitaires et
spatiales

Dans le film autobiographique Gitmek (« partir » en turc), une jeune stambouliote, Ayça , quitte pour la première fois la capitale historique turque pour rejoindre celui qu’elle aime, Hamal Ali, un kurde d’Irak. Son voyage, qu’elle imaginait court, setransforme en véritable odyssée pendant laquelle Ayça redécouvre une Turquie qu’elle pensait connaître. Elle comprend, au cours de ses longues et nombreuses attentes dans les gares ferroviaires mais surtout routières, dans les villes relais dans lesquelles elle séjourne parfois trop longtemps, mais surtout aux frontières inattendues qu’elle doit passer ( la frontière avec l’Irak est fermée, car laguerre commence avec les Etats-Unis ) , que la mobilité humaine, quoique laborieuse par le manque de moyens et de stabilité, constitue une constante du paysage turc. Du quadragénaire d’Ankara venu rendre visite à sa famille en Anatolie profonde, au groupe de clandestins syriens attendant patiemment que les passeurs puissent corrompre les autorités, Gitmek parvient à restituer le visage de la Turquieactuelle, marqué par les grands mouvements humains, collectifs et individuels, qui, d’une certaine manière, le caractérisent. De la campagne enclavée à la ville attrayante et dynamique, qui constitue dans les esprits l’assurance d’une réussite sociale, de l’est conflictuel et délaissé à l’ouest tourné vers l’Europe, donc vers la mondialisation ; ces deux grandes lignes constituent des constantesmigratoires depuis la création de la Turquie moderne, en 1923. Pourtant, depuis l’impulsion du libéral Turgut Ôzal, qui ouvre le pays à l’espace globalisé, se développent, parallèlement à ces dernières, de nouvelles dynamiques qui se sont complexifiées avec l’évolution du paysage turc, mais principalement au gré des mutations du paysage mondial. Marginalisés au départ, ces mouvements de populationqui émigrent à l’étranger sont devenus une composante non négligeable dans la perception de l’espace turcophone. Il est vrai que la Turquie, prise entre l’Europe au nord-est, l’Afrique au sud-est et l’Asie Centrale à l’est, constitue une véritable corridor entre un espace peu stable, celui des républiques turcophones de l’Ouzbékistan, de l’Azerbaïdjan, du Kirghizstan, du Turkménistan et duKazakhstan, un espace très conflictuel, celui des pays limitrophes proche orientaux (Iran, Irak, Syrie) et enfin, l’Union Européenne, pour laquelle la Turquie est candidate depuis plus de vingt ans ; à cela, il faut également ajouter le problème du territoire kurde qui s’étend sur quatre Etats. C’est donc une véritable plateforme via laquelle circulent des populations variées, mais c’est également unpays d’accueil, car rappelons que la Turquie constitue pour les victimes de conflits identitaires et d’instabilité politique de l’Est un important pôle d’attraction, synonyme de calme politique et de stabilité économique. Mais celle qui exerce le plus cette attraction, cette séduction même, c’est l’Europe, pleine de promesses aux yeux des Turcs, d’autant plus qu’elle est dorénavant largementaccessible. Pays de départ donc, mais aussi pays d’accueil et plateforme transitoire, la Turquie est traversée par des dynamiques migratoires extrêmement complexes et variées, que cela soit à une échelle régionale, nationale ou mondiale. Bien sûr, ces grands courants ne sont pas sans conséquences sur l’identité turque, qu’elle soit perçue d’un œil intérieur, le leur, ou extérieur, celui des citadins desvilles étrangères dans lesquelles ils émigrent.
Comment donc ces mouvements de population, incroyablement riches et présents à toutes les échelles, qui agitent et façonnent l’espace turcophone nous permettent-ils de dresser un portrait entre bigarrure et cohérence, de ce qui constitue la turcité d’aujourd’hui ?
Dans un premier temps, nous nous intéresserons aux migrations qui ont lieu au...
tracking img