Les fondements de l'economie d'entreprise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1226 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Première partie : les fondements de l’économie d’entreprise

Cette partie traitera dans un premier temps les fondements économiques de la théorie de la firme puis dans un second temps elle analysera les fondements managériaux de la théorie des organisations.

Chapitre 1 : les fondements économiques de la théories de la firme.

Selon l’économiste français O.Favereau , l’économied’entreprise peut se décliner en plusieurs courants.
Le point de départ est qualifié de théorie standard correspond à la théorie néo-classique qui repose sur deux piliers :

- la coordination des comportements individuels est réduite au marché ,
- la rationalité des comportements individuels est réduite à l’optimisation.
Toutefois, chacune de ces piliers va faire l’objet d’amendent. La théoriestandard présuppose que le marché est l’unique mode d’allocation des ressources via le mécanisme des prix. Ce qui se passe à l’intérieur des organisations est sans importance pour comprendre ce qui ce passe à l’extérieur. or, tout u courant de recherche va se développer en considérant l’organisation comme un lieu de coordination spécifique don il importe de connaître le fonctionnement.

Uneorganisation est définie comme une entité collective régie par un ensemble de règles .Cet ensemble de règles recouvre une gamme variée de phénomènes depuis les simples règles de comportement individuel jusqu’aux systèmes de règles que sont les institutions collectives, avec ou sans contrainte de viabilité financière (l’entreprise hiérarchique, l’administration les syndicats…).Ces phénomènes suggèrentl’existence d’un mode de coordination des activités à base de règles, à la place du mécanisme des prix. L’organisation n’est plus un autre individu ; comme l’entreprise dans la micro-économie néo-classique. Elle est une alternative au marché.
Une seconde critique va porter sur le critère de rationalité des décisions individuelles.
L’optimisation suppose qu’une décision prise est la meilleure possible entermes de résultats. L’optimisation correspond à une conception «substantive» de la rationalité ,selon la terminologie de l’américain Herbert Simon .Or, cet auteur a précisément avancé que face à la complexité et à l’ incomplétude de l’information , la rationalité mise en œuvre dans les organisations est forcément limitée. Il est souvent impossible de trouver la meilleure solution . Laprocédure qui a conduit à cette décision était la plus satisfaisante compte tenu des contraintes informationnelles .La compréhension de la rationalité procédurale signifie que l’intéresse non seulement aux résultats de la décision mais aussi à son environnement interne , c’est-à-dire aux règles de décision aux règles de collectes de l’information ,aux procédures d’apprentissage qui conditionnent leprocessus de prise de décision.

Deus questions permettent de positionner les grands courants de l’économie de la firme :
- En matière de coordination des activités, ce qui se passe à l’intérieur des organisations es-il important pour comprendre ce qui se passe à l’extérieur des organisations ?

- En matière de rationalité des décisions, l’environnement interne des individus est-il important pourcomprendre la qualité de son adéquation à l’environnement externe ?

La «théorie standard » correspond à la théorie néo-classique qui est une économie des prix et des marchés et dont les comportements individuels sont soumis à une règle d’optimisation.

La« théorie standard »se transforme en« théorie standard étendue» par addition de l’organisation au marché. Autrement dit, et contrairement àla «théorie standard» , ce se passe à l’intérieur des organisations est important pour comprendre ce qui se passe à l’extérieur. «La théorie standard étendue» s’appuie sur le critère de maximisation (rationalité substantive) pour aborder les mécanismes de coordination organisationnelles (notamment la hiérarchie) , en plus des mécanismes standards de coordination marchande .

La« théorie...
tracking img