Les forces armées camerounaises et la souveraineté camerounaise sur la presqu'ile de bakassi

Pages: 26 (6292 mots) Publié le: 15 mai 2009
LES FORCES ARMEES CAMEROUNAISES ET LA SOUVERAINETE DU CAMEROUN SUR LA PRESQU’ILE DE BAKASSI.

La frontière camerouno-nigériane longue de 1690 Km est la source de tous les malentendus et de toutes les ruptures de confiance entre ces Etats. Mal matérialisée et non délimitée par endroits, elle est fréquemment le théâtre et l’enjeu d’incidents d’une gravité certaine (Mouelle Kombi 1996 : 104). LeCameroun et le Nigeria partagent quatre décennies de conflit (1961-2002) (Onana Mfege 2004 : 79-89).
D’abord l’affaire Northern Cameroon (1961-1963) qui a trait aux plébiscites des 11 et 12 février 1961 relatif à l’accession à l’indépendance du Cameroun britannique et dont l’issue a entraîné le rattachement du Northern Cameroon au Nigeria.
La question du Lac Tchad viendra opposer une fois de plusles deux pays frontaliers et riverains du lac. Le dessèchement progressif de celui-ci va entraîner un important exode des populations nigérianes qui viendront s’installer sur le territoire camerounais gorgé d’eau. Le Cameroun a dû admettre cette immigration en vertu des accords avec le Nigeria sur la libre circulation des personnes et des biens ; et le droit d’établissement.
Le 16 mai 1981, à lasuite d’un accrochage entre les éléments de la marine nigériane et une patrouille de l’armée camerounaise soldé par un bilan de cinq (05) tués coté nigérian et de nombreux blessés de part et d’autre, le Nigeria va exiger des excuses officielles, la punition des militaires coupables et l’indemnisation des familles de victimes sous peine de représailles. Le Cameroun, pour normaliser la situation,va s’exécuter.
Ces relations se détériorent de plus belle dès le début des années 90, lorsque le Nigeria manifeste sa prétention à la souveraineté sur certaines localités d’accueil de ses ressortissants devenus parfois plus nombreux et représentatifs que les autochtones. Cette prétention sera manifestée par l’occupation de la presqu’île de Bakassi par les forces armées nigérianes, défiant ainsiles autorités camerounaises. Les raisons de cette occupation sont d’ordre économique, sécuritaire et politico-stratégique :
Comme raisons économiques, on peut relever de nombreux puits de pétrole présents dans la région, les richesses du sous sol et les ressources halieutiques (poissons et crustacés) au-delà du contrôle du bassin du Golfe de Guinée.
Comme raisons sécuritaires etpolitico-stratégiques, le Nigeria supporte mal le fait qu’il partage l’estuaire de la cross river et le cheval de Calabar avec le Cameroun, principale porte d’entrer et de sortie du Sud-Est de son territoire. Les militaires camerounais étant témoin de tous les mouvements des forces navales et des navires commerciaux nigérians, l’intérêt national du Nigeria se trouve menacé. Alors, pour des raisons sécuritaireset stratégiques, la frontière avec le Cameroun doit partir de la rivière Akwa Yafé pour le Rio Del Rey. Alors comment y arriver ? Deux voies sont envisageables : la voie diplomatique et la voie stratégiques.
La voie diplomatique fut la première à être envisagée par le gouvernement nigérian à travers la transmission du dossier au Ministère de la justice et au Ministère des Relations Extérieures.Il était question de vérifier si le Nigeria pouvait obtenir gain de cause au terme d’un procès ou il dénonce le processus frontalier. Malheureusement, la réponse était non. Il ne leur restait plus que la voie stratégique.
A cet effet, le dossier fut confié à deux groupes d’experts. Le premier groupe dirigé par Olukolu déposa son rapport en juin 1985. Le second dirigé par Bassey Ate commis en1988 déposa son rapport dans lequel il situe le problème comme suit : « The national interest of Nigeria in the maritime area commonly shared with the Republik of Cameroon can only be secured trought effective control of the Cross River estuary and Bakassi peninsula »« L’intérêt national du Nigeria dans la zone maritime qu’elle partage avec le Cameroun ne peut être préservé qu’à travers le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • frontières camerounaises
  • Fiscalité camerounaise
  • Constitution camerounaise
  • Les instituions camerounaises
  • Douanes camerounaises
  • Finances publiques camerounaises
  • Stratégie camerounaise de normalisation
  • Sociologie politique camerounaise

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !