Les formes protestataires de la participation politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 36 (8841 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CODESRIA Bulletin, Nos 3 & 4, 2006 Page 4

Repenser la science politique africaniste

L

a montée du nationalisme africain après 1945 et les perspectives de l’indépendance ont suscité l’étude des systèmes politiques africains. La science politique, parfois désignée sous le nom de « gouvernement », est maintenant combinée à l’anthropologie, aux langues, à l’histoire et à la géographie pourformer un domaine de spécialisation intellectuelle. La littérature engendrée par ce nouveau champ d’étude a été le reflet de l’environnement de l’après guerre mondiale qui l’a vue naître. En premier lieu, elle s’est essentiellement préoccupée de nationalisme et de bâtir de nouvelles nations dans l’Afrique postcoloniale. Elle a été ensuite marquée par le paradigme de modernisation occidentaldominant et la logique de confrontation de la guerre froide (Rostow 1960). Sous la logique dualiste de « transition » de la tradition à la modernité, les sociétés et les économies africaines ont été caractérisées de pré-modernes ; la recherche se souciait alors de trouver les agents sociaux ainsi que les modèles constitutionnels et institutionnels par rapport au pouvoir et à la transition à un Étatmoderne. L’État africain et les élites africaines sont perçus comme des outils essentiels dans ce processus de transformation moderniste. Les études menées par Coleman (1958), Almond et Coleman (1960), Sklar (1963), Organski (1965) et Apter (1967) ont exploré les thèmes du nationalisme et de l’intégration nationale, la « politique de la modernisation » et les « étapes du développement politique »caractéristiques de cette école fondatrice de la science politique africaniste, avec ses préjugés implicites en faveur d’une perception épistémologique et idéologique occidentale du monde. Certains africains comme Claude Ake (1967) et Billy Dudley (1968) ont contribué à ce genre de science politique. Malgré ses œillères idéologiques et ses préjudices liés à la guerre froide, cette école de pensée alargement contribué à notre connaissance empirique du nationalisme africain. Elle a également développé certains outils conceptuels importants pour l’analyse des parties et des constitutions politiques africaines.

Abdul Raufu Mustapha Oxford University, Oxford, UK

de « néocolonial ». L’État africain perdait son éclat moderniste et entamait le processus le faisant passer du statut de la « pierreangulaire » du développement africain à celui de « boulet » autour du cou de la société africaine (Mkandawire 2001:293). Cependant, la science politique africaniste des années 70 ne doit pas être réduite au conflit souvent acrimonieux entre l’École de la modernisation et la Dependency School. Elles ont réalisé un certain nombre d’apports significatifs qui pourraient être mieux appréciés àcondition de les percevoir en dehors de ce cadre binaire. On peut citer par exemple l’ouvrage révolutionnaire, Exit, Voice and Loyalty (1970) qu’a écrit Hirschman sur la base de ses constats à la compagnie des Chemins de fer nigérian. Un autre ouvrage a été la critique approfondie des hypothèses de base de l’École de modernisation dans Nigeria : Modernisation and the Politics of Communalism (1971) parMelson et Wolpe. Cet ouvrage était révolutionnaire en rapport avec ce qui est désormais devenu la thèse constructiviste dominante de l’ethnicité africaine. Enfin, l’ouvrage intitulé Instability and Political Order (1973), écrit par Billy Dudley était l’un des tous premiers cas d’application de la théorie du choix rationnel à l’étude de la politique africaine. Le lien entre l’État, le marché et lasociété civile en Afrique après 1980 Depuis les années 80, l’organisation de la vie économique et politique dans les sociétés africaines a connu des changements importants ; ces tendances ont été précédées ou immédiatement suivies par des évolutions tout aussi fondamentales dans la représentation intellectuelle de la dynamique des sociétés africaines. Les facteurs en jeu ici naturellement sont les...
tracking img