Les français et la république

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3844 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les fran�ais et la R�publique

La R�publique en France comme ailleurs, ne s'est pas impos�e en tant que r�gime d�finitif naturellement. L'histoire des fran�ais et de la R�publique est marqu�e par des �v�nements sanglants, des r�volutions, et des divisions qui n'ont pas facilit� l'int�gration de celle-ci. Les fran�ais pour lesquels la R�publique est un changement important r�clament un r�gimepuissant et stable, et en cela cherchent une r�publique autre que celle de 1789, qui puissent unir tous les fran�ais sans exclure une partie de la population, que ce soit les urbains ou les ruraux. Des barricades de Lamartine en 1848 � l'Union sacr�e de 1914, comment la R�publique s'enracine-t-elle en France�et comment �volue la perception qu'ont les fran�ais de ce r�gime ? Dans un premier tempsnous verrons que malgr� une volont� de changement les r�volutionnaires sont peu nombreux. Puis nous constaterons des crises et des oppositions r�currentes. Enfin, nous analyserons les socles r�publicains qui unissent les fran�ais.

Apr�s la r�volution de 1789, on sent que les fran�ais oscillent sans cesse entre monarchie et r�publique, � la recherche d'un r�gime id�al. Cependant, on peut noter quemalgr� une forte volont� de changement, les r�volutionnaires sont peu nombreux dans la deuxi�me moiti� du 19e si�cle. Cela s'explique par le fait que la monarchie est toujours consid�r�e comme un r�gime fort et s�curitaire, tandis que la r�publique appara�t comme dangereuse. C'est pourquoi en f�vrier 1848, seul Paris se r�volte, et cr�e l'insurrection. Les insurg�s en veulent � Louis-Philippe, le��roi-citoyen�� qui a d��u leurs attentes. D'une part le Paris de 1848 demeure encore semblable � celui de l'Ancien R�gime avec sa criminalit�, sa mis�re, son insalubrit�. D'autre part, la censure de plus en plus forte du gouvernement qui interdit les cours de Jules Michelet sous la pression de l'Eglise r�volte les �tudiants, tandis que les intellectuels conscients �crivent diverses ?uvres sur laR�volution de 1848 qui laissent pr�sager de l'esprit r�volutionnaire qui les anime. On peut citer L'Histoire des Girondins de Lamartine, publi� en 1848. Enfin, la r�volution de 1848 trouve ses sources dans un contexte politique agit� : malgr� une majorit� de d�put�s monarchistes qui soutiennent la monarchie de Juillet, des dissensions politiques tr�s fortes subsistent, et donnent lieu � desrencontres politiques clandestines - celles-ci �tant interdites par le gouvernement - sous couvert de banquets. Ces m�mes banquets par la suite interdits par le r�gime provoquent l'insurrection du 22 f�vrier 1848. De la sorte, on peut affirmer que malgr� le fait av�r� que les monarchistes sont majoritaires en France, ce qui explique l'isolement de la capitale, il y a une volont� farouche d'�volution, dechangement, que les parisiens esp�rent concr�tiser � travers la r�volution.
Mais si les Parisiens r�clament du changement, ce n'est pas le cas de la province qui elle craint ce changement incarn� par la R�publique. En effet, la France des ann�es 1850 est encore tr�s traditionnelle, dans une phase de transition d�mographique pr�coce qui l'effraie comme le montrent des ouvrages tels que Le probl�mede la D�population de Bertillon. De m�me l'industrialisation lente de la France � cette �poque ainsi que la crainte vis-�-vis des villes illustrent le fait que la France reste extr�mement traditionnelle avec 56 % de paysans. De la sorte, la R�publique est le changement de trop. Ainsi lors des �lections pr�sidentielles, les fran�ais votent pour Louis Napol�on Bonaparte, le neveu du c�l�bre empereur.Ce dernier, sous l'impulsion du parti de l'ordre fait voter aux l�gislatives, une s�rie de lois destin�es entre autres � rassurer la province et les notables, inquiets des turbulences de la R�publique, tel que les derni�res �meutes autour de la fermeture des Ateliers nationaux, sorte de centres d'aide pour les ch�meurs. L'on peut noter la loi Falloux qui renforce le r�le de l'Eglise sur les...