Les frasques d'ebinto

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1928 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Biographie

Fils de Dénbiè Soma (dit Mamadou Koné) et de Kahou Sirima (dite Karidia Koulibali), Amadou Koné a vu le jour en mai 1953 dans le petit village de Tangora dans le cercle de Banfora, dans le Burkina Fasso actuel. Petit-fils du respectable Kalmô Dan dont le grand frère, le légendaire chef de guerre Fanhikroi, un opposant au pouvoir colonial, fut assassiné sur la route conduisant deBanfora à Bobo Dioulasso (épisode raconté dans Jusqu'au seuil de l'irréel), Amadou Koné apprendra très tôt le sens de l’honneur par son père qui, excédé par les abus des colons français et des nouveaux chefs à leur solde, choisit d’immigrer dans la région d’Ayamé en Basse Côte d’Ivoire où il crée des plantations de café et de cacao avec sa famille.

Enfance[modifier]

C’est à Kongodjan, laplantation près d’Ayamé, qu’Amadou Koné grandit en compagnie de ses frères et sœurs. Dans son article intitulé “L'enfance : c'était le temps des rêves et de l'espoir” dans Mots Pluriels, n° 22 de septembre 2002 (lire articlemotspluriels.arts.uwa.edu.au), il décrit cette enfance en ces termes :

"Les années [de mon enfance ] étaient celles du rêve et du bonheur, un bonheur intense que même les enfantsressentaient, je crois. L'Afrique était victorieuse. Elle avançait inéluctablement vers les indépendances. Le travail forcé était aboli, les brutalités coloniales avaient cessé dans la plupart des pays. [1] »

Rapidement, l’imagination du jeune Amadou est forgée par les histoires des héros ancestraux mythiques que lui racontait son père et celles des héros de l'Afrique moderne qui luiparvenaient :

«Mon père me racontait l'histoire de mon aïeul Fanhikroi, […] ; il me racontait l'épopée des hommes d'honneurs de l'histoire africaine, l'épopée des grands cultivateurs[2].

Grâce à la TSF qui avait envahi les villages africains, et avec l’aide de son grand frère instituteur Tiémoko Koné, Amadou Koné découvre l’actualité politique de l’Afrique et ses nouveaux héros:

« Le soir, aprèsle repas, nous écoutions la TSF et mon frère traduisait et commentait l'actualité. Pour moi, cette actualité était un autre conte, une autre épopée peuplée de héros vivants dont j'entendais la voix sur la TSF. Ces personnages promettaient un avenir lumineux à l'Afrique et il n'y avait aucune raison de douter de leur parole [1]»
Parcours scolaire et universitaire[modifier]

Amadou Koné a connu unparcours scolaire et universitaire exceptionnel. Dès l’age de 7 ans, et sur les insistances de son frère Tiémoko instituteur (qui tenait à ce que ses frères et demi-frères soient scolarisés), il quitte le cadre idyllique de Kongodjan pour suivre ce dernier dans tous ses postes. Ainsi, entre 1958 et 1963, Amadou fréquente successivement les écoles primaires publiques d’Assouba, d’Aboisso, deYassap, de Katiola et enfin d’Akounougbé. Après l'école primaire, il s'inscrit au Collège Moderne de Grand-Bassam entre 1963 et 1968 puis en classe de seconde au Lycée Classique d' Abidjan d'où il prépare et réussit brillamment le Baccalauréat A, série philosophie en 1971.

Le département des Lettres Modernes de l’Université Nationale de Côte d'Ivoire, aujourd'hui Université de Cocody qui l’accueilleen septembre 1971 se souvient encore de lui comme d’un étudiant travailleur et particulièrement doué. En juin 1974, il décroche une Licence de Lettres Modernes option Études Africaines et une bourse pour la préparation d’un Doctorat Troisième Cycle en France. Son choix se porte sur la ville de Limoges à cause du professeur Jean-Marie Grassin qu'il avait eu comme professeur de littératureafricaine comparée en mission à Abidjan dans son année de licence quelques années auparavant.

Amadou Koné consacre sa première année à Limoges à la préparation d'une Maîtrise sur la question de l’authenticité dans les littératures et le théâtre négro-africain. L’année suivante, il s'inscrit en DEA à l’Université François-Rabelais de Tours et à l'Université de Limoges (France). À sa troisième année,...
tracking img