Les fumeurs, un groupe discriminatoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1868 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LES FUMEURS, UN GROUPE À PART ?

Jim Sherman, un professeur à l’Indiana University, dit que c’est un fait que les fumeurs sont plus sociables que les non-fumeurs, que ce sont les personnes populaires à l’école, les élèves cools qui commencent à fumer (Scott, 2006). Ce dossier a pour but de mettre en avant les aspects sociaux de fumer. Est-ce réellement, comme le dit Jim Sherman, une activitépratiquée par des individus plus sociables que d’autres ? Est-ce que fumer incite véritablement l’interaction sociale ou renforce-t-elle les différences entre individus. Aussi, il me semble intéressant d’établir s’il existe une barrière sociale entre les fumeurs et les non-fumeurs et comment ils interagissent entre eux.
Pour appuyer ces points, je me baserai sur les recherches de plusieursprofesseurs et sociologues, sur mon expérience personnelle et sur un questionnaire distribué à des élèves universitaires ayant entre 18 et 25 ans. Lorsque je parle de fumeurs, je prends en compte toute personne qui fume, que ce soit habituellement ou occasionnellement. J’admets aussi dans cette catégorie les personnes qui ont eu fumé, car ces dernières peuvent également me donner des informationsquant à l’expérience sociale dont ils ont pu être témoin pendant qu’ils étaient fumeurs. Et quand je décris quelqu’un de sociable, je me réfère à la définition donnée par le petit Larousse 1997 qui dit : «sociable : qui recherche la compagnie de ses semblables » que j’interprète comme étant une personne qui recherche donc l’interaction avec les autres.

Jen Cardrew, dans son analyse des fumeurs entant que sous-culture, décrit cette activité comme très sociale (Cardrew, 2006). D’après mon sondage ce propos semble se confirmer. En effet, 58.93% des fumeurs continuent à fumer car ils apprécient, parmi d’autres raisons, la pause cigarette avec leurs amis. En observant le tableau ci-contre, on s’aperçoit d’ailleurs que c’est la plus commune des raisons données. En discutant de ce point avecplusieurs amis fumeurs, la plupart pensent qu’il est d’ailleurs plus difficile d’abandonner l’aspect social de fumer que d’arrêter la cigarette en soi. Ils sont également plusieurs à dire qu’ils préfèrent fumer en groupe. Certains même fument uniquement en compagnie d’autres personnes, lorsque qu’ils sortent en soirée par exemple.
C’est une activité sociale car une grande partie des rituels et desgestes associés à l’acte de fumer incitent à l’interaction entre les personnes. Jen Cardrew énumère plusieurs de ces gestes dans son étude, tel emprunter son briquet pour que l’autre fumeur puisse allumer sa cigarette, ou offrir une cigarette à une autre personne. Ces gestes créent un lien entre les deux individus, qui de plus partage à l’évidence une habitude commune, par conséquence aborderl’autre personne et entamer une conversation avec elle est facilité (Cardrew, 2006). Une partie non-négligeable parmi les fumeurs qui ont répondu à mon sondage qui sont généralement timides, avoue de la facilité à approcher une autre personne si cette dernière est fumeur.
Mais ces « outils de communications » ne fonctionnent pas entre fumeurs et non-fumeurs. Il m’est arrivée quel l’ont m’offre unecigarette, mais en tant que non-fumeur j’ai refusé et il n’y a donc pas eu de lien établi. Il me semble même que l’effet fut contraire, que non seulement ce geste n’a pas entamé une conversation, mais que cela nous a repoussés. En refusant, j’ai établi que nous avions des statuts contraires l’un à l’autre (fumeur, et non-fumeur) et compte tenu de cette différence, je ressentais que nous n’étionspas sur la même longueur d’onde et n’avions sûrement rien à partager. En refusant de fumer avec cette personne, je semblais lui dire « je refuse d’avoir une discussion avec toi ». Alors que si cette personne m’aurait parlé du beau temps, nous aurions pu avoir une discussion ensemble. Dans une telle situation, les rituels d’un fumeur peuvent être aperçus comme nuisibles à l’interaction sociale....
tracking img