Les ghettos du gotha

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2135 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture sur Les Ghettos du Gotha.
























Plan :
I-Des espaces protéger de toute intrusion étrangère à la communauté bourgeoise :
La bourgeoisie défend son espace culturel et économique. Par le biais d’associations, de clubs, de cercle… la bourgeoisie protège ses propriétés. La bourgeoisie ade grandes connaissances des lois en vigueur, elle sait donc très bien utiliser les possibilités qui s’offrent à elle. De plus, cela lui permet de protéger ses propriétés ou qu’elles soit.
II-Une communauté très souder, consciente de son pouvoir et de sa force commune :
Ce qui fonde l’unité de la bourgeoisie est le fait que les individus ont des intérêts communs, labourgeoisie adonc beaucoup de relation à l’intérieur de sa communauté. Et ces relations commencent dés le plus jeune âge par le biais des rallyes, des connaissances familiales. Cette communauté trouve toujours le moyen de s’entre- aider. Ces relations particulières se retrouvent même au plus au niveau de la vie économique et politique française.

Résumé :
I Des espaces protéger de touteintrusion étrangère à la communauté bourgeoise :
Le lieu d’habitation des gens nous donne une bonne impression du statut de ses habitants. La bourgeoisie a un certains gout, et place une grande importance dans ses lieux de vie : c’est pour cela qu’on retrouve la classe dominante dans des appartements de plusieurs centaines de mètres carrés, de terrains immense en bordure de Paris. L’entre-soi ne faitpas qu’habiter ses beaux quartiers, il les protège aussi. Les villes comme Nelly sur Seine, et autres villes bourgeoises de l’ouest parisien sont le symbole de la bourgeoise, de la richesse…. La classe bourgeoise ne vit pas seulement ensemble pendant « l’année », elle se retrouve dans les même lieux de vacances tes que Deauville, Gstaad,…et donc aussi dans les mêmes palaces tel que le Normandie.Cette volonté de reste à « l’écart » de la population renforce l’idée de ghetto, et même plus de ghettoïsation de la société bourgeoise. Les logements et résidence sont donc l’un des piliers de la formation d’une identité commune. En effet, ils permettent aussi de se rassembler, de protéger leur capital qu’il soit culturel, social ou encore économique. Le livre donne l’idée que la seule volonté desbourgeoises est « chacun chez soi ».
Le livre s’attaque ensuite aux villes bourgeoise, en effet statistique à l’appui les époux Pincon critique essentiellement les villes de l’ouest parisien (les villes ou les bourgeois forme une part importante de la population) . Les auteurs s’attaquent aux villes car ils ne respectent pas la loi SRU, qui oblige toue les communes française d’avoir un minimumde 20% de logements sociaux. Ils expliquent ensuite que les villes comme Neuilly préfèrent payer des amendes plutôt que de devoir accueillir une certaine mixité sociale. Ironiquement les mairies acceptent finalement l’installation de logements sociaux de « haute gamme »… Le département des Hauts-de-Seine est représentatif de ce phénomène. Ce département est composé de grand nombre de communesaisées, ne possédant pas le quota de logements sociaux nécessaire. Les époux nous donne un autre exemple de la domination économique et politique de l’ouest : la couverture du périphérique ouest contrairement au reste du périphérique, a été couverte dans les années 1970, pour garantir la tranquillité des habitants, de Neuilly. Les auteurs nous que la couverture de périphérique entre Neuilly et leXVIIème arrondissement se fait ainsi sans heurts tandis que le reste du périphérique n’est toujours pas couvert. L’influence de la bourgeoisie est très forte sur la politique.
Cette domination de l’espace existe grâce en majorité aux demeures familiales. Les châteaux, comme celui des Kergorlay, près de la Manche, marquent la domination de la classe dominante sur les territoires environnants....
tracking img