Les grèves de 1947-1948

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2574 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
-------------------------------------------------
Exposé d’histoire : Les grèves de 1947-1948

Exposé rendant compte de l’ouvrage : Mencherini, Robert, Guerre Froide, grèves rouges : Parti Communiste, stalinisme et luttes sociales en France : les grèves insurrectionnelles de 1947-1948, Paris, Syllepses, 1998

« La cherté de la vie, conséquence de la politique réactionnaire et pro-américainedu gouvernement frappait en premier lieu la classe ouvrière dont les salaires demeuraient souvent inférieur au minimum vital » dit Maurice Thorez pour justifier les mouvements de grèves de 1947.
Dans son ouvrage, Guerres froides, grèves rouges, Parti Communisme, Stalinisme et Lutte Sociale en France, les « luttes insurrectionnelles » de 1947-1948, Robert Mencherini, historien et maître deconférences à l’université va surtout s’attarder sur les grèves de 1947. Il va tenter d’expliquer le rôle de la Guerre Froide et plus particulièrement celui du communisme sur les grèves de 1947 qu’il qualifie de « Grèves rouges » (le rouge étant une couleur symbolisant le communisme).
En effet, en 1947, trois ans après la Libération, la France ne s’est toujours pas remise de la Deuxième Guerre Mondialeet de l’occupation allemande. La France est donc sortie vainqueur de la Deuxième Guerre Mondiale, mais elle en sort également dévastée et le pays a besoin de fonds pour être reconstruit. En 1947, la France doit donc faire face à un choix et « choisir son camp » dans la bipolarisation du monde. En effet, l’année 1947 c’est également le début de la Guerre Froide, période pendant laquelle s’affrontedeux blocs prônant deux idéologies opposées, le capitalisme et le communisme. Les Etats-Unis et l’Union Soviétique vont ainsi s’affronter afin de diffuser leur idéologie, le capitalisme pour le premier et le communisme pour le second. En 1947, la France va donc devoir adhérer à une idéologie, ce qui créera notamment des divergences au sein du tripartisme mis en place depuis le début de la IVèmeRépublique. L’année 1947, « année terrible » pour la France va aussi se traduire par deux grèves majeures en France qui seront soutenues par le Parti Communiste Français(PCF) qui soutient sa base traditionnelle (le milieu ouvrier) dans ses revendications. A l’issu de ces grèves, le milieu ouvrier n’obtiendra pas de réelles satisfactions et en 1948, une catégorie de ces ouvriers, les mineurs, va semettre en grève et subir les répressions du gouvernement.
Ainsi, compte tenu du contexte international mais aussi de la situation interne de la France, nous pouvons nous demander quelles sont les causes et les enjeux des grèves de 1947. Quel rôle a joué le Parti Communiste dans ces grèves ?
Nous verrons dans une première partie que la France connaît d’importants problèmes internes en 1947. Puisdans une deuxième partie, nous verrons que les ouvriers choisiront en réaction à ces problèmes de se mettre en grève. Enfin, dans une dernière partie, nous verrons l’influence du PCF et des relations internationales sur les grèves.

I. Problèmes internes à la France en 1947

A. Au niveau politique
Lors de l’élection de l’Assemblée Nationale constituante de 1945 une alliance est forméepar le PCF, le Mouvement Républicain Populaire (MRP) et la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO). Cette coalition entre ces trois partis politiques va donner naissance au « tripartisme » qui va lui-même être à l’origine de la Constitution de la IVème République le 13 octobre 1946. Mais cette alliance entre ces trois partis politiques aux idéologies différentes ne va pas durer dufait de contradictions dans la manière dont les partis veulent gouverner le pays. Ces divergences d’opinions concernent les questions coloniales, le PCF va notamment refuser de voter les crédits pour le début de la Guerre d’Indochine. Puis, dans la confrontation Est-Ouest, le PCF souhaite adhérer au bloc de l’est qui est le bloc communiste prôné par l’Union Soviétique alors que la SFIO qui...