Les grands architectes du 20ème siècle à travers plusieurs monuments de paris.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2245 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Paris a largement inspiré les architectes contemporains. Tel un atelier d'expérimentation grandeur nature, ces bâtisseurs modernes ont tout essayé : des spectaculaires édifices ornementaux, comme la grande arche de la Défense ou le Stade de France, aux surprenantes constructions expérimentales.

L'architecture spectaculaire
Des gigantesques tours de la Défense aux récents Docks en Seine vertfluo, en passant par les « rondes » Maison de la Radio et Géode... La région parisienne regorge de constructions contemporaines spectaculaires.

Loin du cliché de village parisien qui lui colle à la peau, la capitale française et sa périphérie possèdent une concentration de bâtis contemporains exceptionnels. Vedettes de l'urbanisme parisien, les constructions culturelles ont naturellementhérité de toutes les attentions des architectes.
L'exubérance est aussi au rendez-vous sur les quais de la Seine, où la Cité de la mode et du design a réussi un tour de force avec la réhabilitation du site des anciens Magasins généraux. Baptisé " Docks en Seine ", cet espace recouvert d'une « peau » en verre sérigraphié de couleur chlorophylle constitue une bien jolie réponse aux tuyaux bleu et rouge duCentre George Pompidou ! La couleur ne manque pas non plus au nord, où le Parc de la Villette est ponctué de monuments d'architecture tous plus singuliers les uns que les autres. Les « folies » vermillon de Bernard Tschumi, la Grande Halle, récemment rénovée, ou encore la Cité de la Musique, signée par Christian de Portzamparc... Tous contrastent avec la simplicité monumentale de la Géode. Lecinéma au célèbre dôme attire irrésistiblement le regard avec sa forme sphérique métallisée.
Lui donnant la réplique sur la rive ouest de la ville, la Maison de la Radio est aussi appelée la "Maison Ronde", à cause de sa grande couronne extérieure couverte de panneaux d'aluminium. Circulaire aussi, l'imposant Stade de France de Saint-Denis, emblème du dynamisme de tout un département. Difficile dedeviner la rondeur dans la tour de la rue Croulebarbe. Pourtant, c'est l'un des premiers immeubles tubulaires du pays. Il reste donc une référence historique, même si celui qui fut le premier « gratte ciel » parisien en 1960 fait aujourd'hui pâle figure à côté de la Tour Montparnasse. Donnant au contraire dans la verticalité la plus stricte, cette dernière est l'un des bâtiments que l'on repère desquatre coins de la ville. Elle permet, grâce à ses 210 mètres, d'admirer les gratte ciels et la graphique Grande Arche du quartier de la Défense. Parmi les tours Areva, Initiale, Granite ou l'Hôtel Méridien, viendront bientôt s'insérer de nouvelles venues. La tour écologique Générali de Valode et Pistre ou encore la Tour Signal, de Jean Nouvel attendent de s'élancer majestueusement dans les airs.La banlieue n'est pas en reste, comme en témoigne La Cathédrale d'Evry qui dresse fièrement son gigantesque cylindre tronqué paré de 670 000 briques. Une bien belle respiration visuelle qui invite à la méditation !

Les matériaux à l'honneur
Bois, béton, métal, verre... mais aussi végétaux ! Une rencontre avec la matière, sous toutes ses formes.

Star des dernières décennies chez lesbâtisseurs, le béton joue un rôle phare dans le tissu urbain parisien. Plus que sur le monumental Parc des Princes, c'est surtout au Centre National de la Danse, à Pantin, que son travail est le plus abouti : Antoinette Robin et Claire Guieysse ont gardé l'aspect brutaliste du bâtiment d'origine, notamment sa rampe d'accès. Mais des impressions de formes géométriques dans la matière-même font officed'évocation abstraite de l'art aztèque.Aux antipodes de la masse et de la densité du béton, de nombreux bâtiments sont un hymne à la transparence, par l'usage du verre notamment. La Fondation Cartier , signée Jean Nouvel, est l'icone parfaite de ce style que les Japonais nomment la « disparition de l'architecture ».Même principe pour la Maison de Verre, dont la façade principale est recouverte...
tracking img