Les grands courants de la vie politique américaine de l’indépendance à 1815 envion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1202 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
*Les grands courants de la vie politique américaine de l’indépendance à 1815 envion* :
Introduction :
Le 4 juillet 1786, fut proclamée l’indépendance des États-Unis d’Amérique. Elle donna naissance à une confédération de 13 états indépendants et souverains qui confiaient la gestion de leurs intérêts communs à un congrès formé de délégués des états. Cette union faible face aux crises etinefficace à cause de la règle de l’unanimité présageait la faillite du système.
Une convention c'est-à-dire une assemblée constituante fut organisée à Philadelphie en 1787 pour rétablir les carences de ce système suivant deux exigences principales : celle de créer un gouvernement fort tout en respectant l’autonomie des états.
De cette réunion naquît la constitution qui transforma cette unionentre états en fédération, elle entra en vigueur, non sans vives contestations, en 1789. En effet bien que cette constitution ne reconnaissait pas l’existence des partis, deux fractions se formèrent autour de ses différentes interprétations et animèrent la vie politique depuis l’indépendance jusqu’aux débuts du 19ème siècle.
J’ai choisi pour mon exposé de faire un plan linéaire, pour mettre enévidence les différentes étapes de la succession du pouvoir entre les fédéralistes et les républicains.
1789 – 1801 : Période de domination fédéraliste : George Washington, figure de rassembleur : George Washington, est le premier président des Etats-Unis, élu à l’unanimité en 1789, il reste à la tête du pays pendant deux mandats.
George Washington assumait le pouvoir dans desconditions exceptionnelles d'autorité. Objet du respect, de l'admiration, de l'affection de l'immense majorité, il était regardé comme l'homme le plus capable, sinon le seul dans l'Union, d'assurer la marche régulière du nouveau mécanisme gouvernemental, de plus il montre des qualités d’administrateur habile malgré des difficultés internes et les guerres en Europe.
Il est couvert d'injures àpropos de la conclusion du traité de commerce entre l'Angleterre et l'Amérique (1795) ou le Jay Treaty, qui a donné à la Grande Bretagne le statut commercial de la « nation la plus favorisée », les républicains francophiles, voient en ce traité un déviation de Washington du coté des fédéralistes plus anglophiles, ce qui lui a valut des campagnes de presse de plus en plus violente.
Voyant sapopularité baisser, à l'expiration de sa magistrature, il refusa absolument le renouvellement de son mandat. Et si je puis dire, pour l’anecdote, comme ça que débuta la longue tradition interrompue une seule fois sous Roosevelt des 2 mandats
Politique économique : Planant au-dessus de toutes les opinions, Washington ne devait d'égards particuliers à aucune des factions qui venaient dediviser si ardemment le pays pendant la période des discussions constitutionnelles dans les États. Il put donc, sans étonner ni offusquer personne, appeler aux deux postes principaux de son cabinet les deux hommes en qui se personnifiaient les tendances contraires; il confia les finances (secrétairerie du Trésor) à son ancien aide de camp le colonel Hamilton, et les affaires étrangères avec l'intérieur(secrétairerie d'État) à Jefferson, qui venait de faire un long séjour en France.
Les fédéralistes et les républicains adoptent deux voix économiques très différentes, en effet les fédéralistes sont pour un protectionnisme, la consolidation de la dette publique, la création d’une banque centrale fédérale et la création d’une monnaie stable pour favoriser l’expansion de l’industrie.
Lesrépublicains quant à eux sont en faveur d’une économie agraire décentralisée, le pouvoir central ayant pour seule vocation la politique étrangère.
Le premier désaccord fut à propos de la banque fédérale que voulait instituer Hamilton, bien accepté chez les marchands du Nord, ils sont décriés par les agriculteurs du Sud.
Politique étrangère : Les révolutionnaires français guillotinent...
tracking img