Les grands courants

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2214 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LES GRANDS COURANTS DE
LA THÉORIE ÉCONOMIQUE

Trois questions fondamentales ont toujours structuré la pensée économique: Que faut-il produire et en quelle quantité ? Comment et par qui doit-on le produire ? Pour quoi doit-on le produire ?
Auparavant, seuls théologiens, philosophes et historiens tentaient d'y répondre. Mais une rupture s'opère, au XVI mais surtout au XVIII où naît unevéritable pensée économique. Trois doctrines se sont suivies.
Du XIII au XV règne la pensée scolastique, basée sur les idées d'Aristote et la morale chrétienne, dont les chefs de files sont St Thomas d'Aquin, Nicole d'Oresne et Jean Buridau.
Au XVI naît le mercantilisme selon lequel «Il n'y a de richesse et de force que d'hommes » — J Bodin. Pour les mercantilistes, il faut tout faire poursoutenir le commerce -exporter pour s'enrichir- mais ils prônent parallèlement un protectionnisme avec des douanes sélectives, et des sous évaluations de monnaie pour être compétitif. Cela passe notamment par la création de manufactures royales (entreprises nationalisées donc), le développement des transports et des colonies; une intervention de l' État en conséquence. Le chef de file du mercantilismeest Colbert.
Au XVIII c'est l'avènement de la physiocratie qui base tout la richesse sur la terre car elle est créatrice, et le libéralisme, ils prônent l'« ordre naturel », le laisser-faire selon la maxime de V de Gouvernay « Laissez faire les hommes, laissez passer les marchandises. » Ils prônent également la monarchie mais une liberté économique. Pour Turgot, F Quesney (1758: Le tableauéconomique) et Mirabeau l'enrichissement est matériel et non monétaire.
La vraie naissance de la science économique moderne se fait en parallèle de la naissance du capitalisme, résultant de l'union de la révolution industrielle et de l'économie de marché.
Son père fondateur est Adam Smith, auteur anglais de La Recherche sur la nature et les causes de la Richesse des Nations, écrit en 1776.

I-LES FONDEMENTS DU LIBÉRALISME
Pour les libéraux il faut respecter l'ordre naturel: l'état ne doit en aucun cas intervenir dans l'économie car les comportements individuels s'additionnent harmonieusement: chaque individu cherche son intérêt personnel concourant in intentionnellement à la réalisation de l'intérêt général.
A) Les premiers libéraux : les physiocrates français et les classiquesanglais.
Pour les physiocrates :
• L'industrie manufacturière est stérile; elle ne fait que transformer les richesses produites par l'agriculture.
• Il existe trois classes sociales : agriculteurs ; propriétaires fonciers ; le classe stérile : urbaine.
• L'état ne doit pas intervenir dans l'économie, respecter la propriété privée et prôner le libre échange.La révolution industrielle révèle un nouveau courant de pensée : la pensée économique, avec la naissance des classiques et ses deux oeuvres fondatrices : Recherche sur...Richesse des nations (A Smith) et Principe d'économie politique (Mill).
Trois auteurs anglais fondent ce courant théorique : A Smith, TR Malthus et D Ricardo.
1- Adam Smith
Il opéra la rupture avec les mercantilistes quipensaient que la richesse d'une nation était son or. Pour A Smith, la source des richesses des nations est la production, sous trois critères:
• la division du travail (ex de la manufacture d'épingles)
• laisser les hommes s'enrichir car ils vont oeuvrer pour leurs intérêts propres et ainsi enrichir la nation entière, selon le principe de la « main invisible ».• il faut se procurer les produits au meilleur prix (sur le marché intérieur grâce à la concurrence, sinon sur le marché extérieur dans le pays qui présente les meilleurs avantages absolus).
Smith reprend l'idée de l'ordre naturel, l'état se limite à son rôle d'état gendarme.
2- TR Malthus
Il est l'auteur de la loi de la population. A l'époque, la population augmente plus vite que la...
tracking img