Les grecs, un peuple de législateurs?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2390 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Si la cité, la politique, la législation et la démocratie sont des institutions d’ordre social, on doit néanmoins leur apparition à un art littéraire légendaire de la Grèce Antique. Il ne s’agit pas ici de dramaturgie, ou de philosophie mais de poésie. En effet, dans la période trouble de la première colonisation grecque, au VIIe siècle avant notre ère, les poèmes homériques laissaient devinerl’élaboration d’un autre forme politique, celle de la cité, dont les premières manifestations sensibles apparaissent en Ionie, puis dans les Iles de la mer d’Egée et gagne la Grèce continentale sans y devenir absolument général. Cette nouvelle forme sociale, vulnérable et inconstante, est sujette à de graves crises politique et commerciale, qui sont à l’origine de la création de deux nouveaux modèlesde forme sociale : l’oligarchie militaire spartiate et la démocratie athénienne. L’élaboration, en elle-même, de la démocratie et d’une nouvelle organisation politique en tant que Cité, est le premier exemple d’une activité législative grecque indéniable. Ces deux institutions Athénienne et Spartiate étaient composées et régies par des législateurs aux idées novatrices et révolutionnaires, quoiquecritiquables au regard de notre société contemporaine. D’une part, Athènes à vu parmi ses législateurs célèbres , comme Dracon, mandaté de 621 à 620 avant, afin de mettre par écrit des lois ne s’appliquant qu’aux affaires de meurtre, une mesure qui affirme pour la première fois l’autorité juridique de l’Etat au dessus des parentés, en instaurant la notion de droit commun, ou encore Solon ,archonte de 594 à 593 avant notre ère ,qui ,en pleine crise politique et sociale est nommé arbitre, est l’auteur d’un code de lois, en plus d’avoir effacé des dettes, interdit l’esclavage et confirmé les lois draconiennes. D’autres part, Sparte a aussi ses mythiques législateurs, comme Lycurgue, qui établi des mesures novatrices comme une constitution dans le but de compenser le pouvoir des rois, et larévisions de certaines lois. Si Sparte n’est pas un modèle de démocratie, son activité législative est néanmoins indéniable. Quelles sont les caractéristiques qui font l’originalité de l’activité législative grecque, et quelles sont ses limites? D’une part la création d’une nouvelle forme d’organisation politique, sociale et judicaire appelée « Cité », est une institution totalement novatrice, quiréforme le concept de Ville. D’autre part, la législation grecque est le premier modèle d’institutionnalisation de la démocratie directe locale. Néanmoins, la démocratie et l’activité législative grecque est faible de son émiettement politique, et de ses restrictions morales.

I) L’originalité et l’exclusivité du système politique et judicaire grec.
A) La création d’une organisation socialeet politique innovante : La cité.

Il est avant tout nécessaire de définir le concept de Cité. La Cité, du grec « polis » représente un type d’organisation politique bien déterminé. La Cité est liée à un établissement urbain mais ne se confond pas avec lui. La cité dépasse la ville, c’est une communauté, au sens où ses habitants se doivent d’assurer entre eux des rapports harmonieux. La citéest composée d’une place de marché, appelée « l’agora»; d’une citadelle refuge temple de la divinité protectrice; d’un centre économique, politique et religieux. Cependant, la cité ne se résume pas à ces pôles d’impulsions, mais s’étend jusqu’à la campagne environnante qui comprend des villages et des bourgades, dont les habitants sont eux aussi citoyens de la polis, et jouissent des mêmes droitsque les citadins; ce qui souligne le caractère novateur, et direct de la démocratie. Ainsi la cité est établie sur un territoire dont les traités garantissent le respect mutuel des citoyens et le respect envers la loi, d’où la notion de « communauté » qui en tant que telle représente des groupements plus vastes que les tribus antérieurs. Mais comment rendre compte de l’idée d’antagonisme et de...