Les groupes sanguins

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1142 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
| Les antigènes des systèmes ABO et Rhésus du globule rouge |

Le texte et le schéma sont inspirés de livres de Charles SALMON, notamment « Les groupes sanguins ou l’écriture des gènes », MASSON, 1997.

L’hématie, ou globule rouge mature, a perdu son noyau. Il ne peut donc plus synthétiser les protéines, qu’ellessoient de nature enzymatique ou de structure. La production de ces protéines se déroule donc à un stade précoce, celui d’érythroblaste.
On connaît 23 systèmes de groupes sanguins du globule rouge. Les plus connus sont nommés ABO et Rhésus. Les antigènes appartenant à ces systèmes sont des molécules fixées à la membrane du globule rouge et tournées vers l’extérieur. Nous allons décrire les étapes decette fabrication.

Notre point de départ est un substrat (I) présent à la surface de la membrane. Il est constitué d’un dissacharide formé de la N acétyl glucosamine et du galactose. Si l’allèle H est présent sur le chromosome 19, comme c’est le cas chez l’énorme majorité des humains, il va produire une enzyme qui accrochera à ce substrat un autre sucre, le fucose. Ainsi se forme l’antigène H.L’appartenance à un groupe du système ABO va dépendre de la présence de l’un ou l’autre allèle sur le chromosome 9. S’il s’agit de l’allèle A, celui-ci produit une enzyme qui coiffera l’antigène H d’une N acétyl galactosamine et cet ensemble forme l’antigène A ; s’il s’agit de l’allèle B, une autre enzyme est produite qui placera un galactose, formant ainsi l’antigène B. Mais si, à ce mêmelocus, les allèles A et B font défaut sur les deux chromosomes 9, l’antigène H restera nu et la personne appartiendra au groupe O, son génotype étant O/O. Du point de vue immunitaire, l’ hétérozygote A/O appartient au groupe A, B/O appartient au groupe B et A/B possède les deux antigènes. Les allèles A et B sont donc codominants l’un par rapport à l’autre et dominants par rapport à O.
C’est bienclair ? Pour que les antigènes A et B puissent être construits, il faut, bien sûr, que leurs gènes respectifs soient présents sur le chromosome 9 mais il faut aussi que le gène H soit présent sur le chromosome 19. En général, une telle action d’un gène sur l’expression d’un autre gène non allèle  a reçu le nom d’épistasie. Tout cela paraît bien simple mais, rappelez-vous, on connaît actuellement 23systèmes d’antigènes du globule rouge !

C’est dans les années quarante que la maladie hémolytique du nouveau-né trouve une explication et permet la découverte d’un nouvel antigène du globule rouge. Il s’agit de ce qu’on a appelé le facteur rhésus pour lequel on connaît 41 groupes différents. Il est donc plus correct de parler d’un système rhésus. En se limitant, on n’envisage que les antigènesD , C et c, E et e. Nous n’allons envisager ici que la synthèse de l’antigène D. Il s’agit d’un polypeptide, produit directement par une séquence d’ADN située sur le chromosome 1 constituant le gène D auquel correspond un allèle, d, qui ne produit pas de polypeptide ; on dit que d est inactif.
Génétiquement, c’est simple, une personne de phénotype Rhésus positif possède le génotype D/D ouD/d et une personne Rhésus négatif le génotype d/d.

Et vous vous demandez peut-être si on va parler aussi des anticorps ? Bien sûr, puisque un accident immunitaire peut survenir lorsque des globules rouges rencontrent des molécules anticorps spécifiquement complémentaires des antigènes A, B et D, pour rester dans les cas envisagés ici. Une personne ne possède pas les anticorps dirigés contre sespropres antigènes, cela lui serait fatal. Mais elle fabrique des anticorps dirigés contre des antigènes étrangers. Ainsi, une personne du groupe A possède, dans son plasma, des anticorps anti-B et une personne du groupe B des anticorps anti-A.. Ces deux sangs, il vaut mieux qu’ils ne se mélangent pas ! Et la personne de groupe O ? Elle possède les deux, les anticorps anti-A et les anticorps anti-B....
tracking img