Les guerres carlistes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1252 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche : Les guerres carlistes

La première guerre carliste qui débute en 1833, nait d'une querelle dynastique des Bourbon : En 1830, le roi Ferdinand VII annule la loi Salique de 1713 instaurée par Philippe V afin que sa fille Isabelle puisse un jour hériter du trône. En 1830, à la mort de celui-ci, son frère Charles de Bourbon à qui était destiné le trône selon la loi Salique ne prête passerment à la nouvelle reine Isabelle II, s'auto-proclame roi des Espagnes et prend le nom de Charles V, soutenu par ses partisans, les carlistes. Le carlisme est à l'époque un mouvement politique qui veut l'accession au trône de Charles de Bourbon pour un retour à l'Ancien Régime. Ce mouvement est contre-révolutionnaire et contre-libéral. Ses principes fondamentaux sont  l'unité catholique, lalégitimité dynastique et l'adoration pour l'Eglise et le Roi.
Cette première guerre suivie par deux autres incarne l'opposition d'un mouvement contre-révolutionnaire, contre-libéral, contre l'état. Elles prendront fin en 1876 avec la restauration d'Alphonse XII, fils d'Isabelle II, qui stabilisera durablement la situation politique du pays.

La première guerre carliste (1833-1840) estl'illustration du clivage entre les libéraux et les contre-révolutionnaires

En plus d'une querelle dynastique, la guerre résulte de la fracture entre une Espagne libérale et une Espagne conservatrice

La première guerre carliste trouve ses racines dans le passé récent de l'Espagne et notamment dans la constitution de 1812 qui fut promulguée durant la guerre d'Indépendance (1808-1812). Les principesqui définissent cette constitution sont très libéraux : instauration du suffrage universel direct, principe de souveraineté nationale, séparation des pouvoirs et représentativité des députés. En plus de vouloir transférer des pouvoirs à un corps législatif élu, la constitution veut restreindre l'influence du clergé et de la noblesse. Mais,le pouvoir de l'Etat est à l'époque très faible : lesrégions du Nord du pays comme les Pays Basques ou la Navarre sont autonomes et ne sont pas soumises aux lois nationales et aux taxations. Au début des années dix-huit cent trente, les libéraux veulent pouvoir les taxer (car elles sont souvent plus riches que l'état) confisquer les propriétés du clergé, et recentraliser l'état quitte à bafouer le principe d'autonomie des régions.

Les régionsautonomes comme le Pays Basque ou Navarre et du Nord où le Clergé est très implanté rejettent ces réformes libérales qui menacent leur autonomie. Ils se rallient alors au mouvement carliste qui apparaît comme le seul garant d'un traditionnalisme.

L'opposition entre le pouvoir royal soutenu par les libéraux et Charles V soutenu par les contre-révolutionnaires ne s'arrête pas aux frontières del'Espagne

Les régimes libéraux européens soutiennent activement l'état. Le gouvernement espagnol reçoit une aide financière ou militaire de la France, du Royaume-Uni, du Portugal. A cette occasion est signée la Quadruple Alliance (1834) entre la France, le Royaume-Uni, la Belgique et l'Espagne pour protéger le régime de la reine Isabelle II.
Le mouvement carliste est quant à lui soutenu par lespuissances absolutistes comme l'Autriche-Hongrie, l'Empire Russe et la Prusse et par la Papauté.
De ce conflit ressort une opposition d'idées entre celles l'Ancien Régime et celles de la Révolution ; c'est le combat entre les libéraux et les contre-révolutionnaires.

La défaite militaire des carlistes ne détruit pas le mouvement

La première guerre carliste est très violente : elle fait plusde deux cents mille victimes. Les carlistes disposent de peu de moyens pour se battre et évoluent en guerilla. Ils s'inclinent après le traité signé par Espartero qui a remplacé Marie- Christine comme Régent d'Isabelle et Maroto, un général carliste en 1839. Pourtant, le mouvement carliste perdure. Jusqu'en 1840, le chef militaire Cabrera se bat en Catalogne contre les libéraux. Des milices...
tracking img