Les guerres du liban 1975-1991

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2433 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LES GUERRES DU LIBAN 1975-1991

INTRODUCTION :

Le Liban est composée d’une société pluriconfessionnelle : seul pays a reconnaître de manière égale 17 communautés religieuses dont les principales sont :
- chrétiens maronites
- musulmans sunnites chiites et druzes

Depuis son indépendance en 1943, le Liban reposait sur un fragile équilibre entre les différentes composantes de sapopulation : le Pacte national :
- les chrétiens acceptaient que leur pays fasse partie du monde arabe
- les musulmans reconnaissaient la permanence de l’Etat libanais géré dans le cadre du système politique confessionnel. Non écrit, il répartissait, sur une base confessionnelle, les charges de l’Etat :
- le président est un chrétien maronite
- la présidence du Conseil unmusulman sunnite
- celle de l’Assemblée nationale un musulman chiite
Avec les évolutions politiques et sociales internes (plus de recensement depuis 1932) et externes des années 1970 cet équilibre fut remis en cause.

*Accord du Caire en 1969 garantissant l’autonomie des organisations palestiniennes sur le territoire du Liban.
*Septembre noir 1970 L’Organisation de Libération des Palestiniensévincée de Jordanie. Afflux massif de palestiniens dans les camps du Liban Sud et à Beyrouth.

I. LA « GUERRE DES DEUX ANS » 1975-1976

DATES : 13 avril 1975 / 18 octobre 1976
FORCES EN PRESENCE :
Les phalangistes chrétiens contre les musulmans libanais alliés aux palestiniens.
LIEU D’IMPACT : Liban
CAUSE :
Les chrétiens du Liban voient leur pouvoir de plus en plus contesté par lesmusulmans. L’arrivée massive de réfugiés palestiniens au Liban augmente l’opposition des deux communautés.
DEROULEMENT :
Le massacre de palestiniens & de libanais le 13 avril 1975 par les phalangistes (chrétiens maronites) déclenche la guerre civile. Le conflit se répand immédiatement dans les grandes villes libanaises.
En janvier 1976 a lieu la « bataille de la Quarantaine » opposant lesphalangistes aux palestiniens de Beyrouth (capitale).
La Syrie intervient pour protéger le gouvernement & combattre à son tour les palestiniens. Cette intervention permet de signer un cessez le feu, négocier à Riyad (capitale saoudienne) le 18 octobre 1976.
CONSEQUENCES :
En dépit de cet accord, les tensions demeurent vives entre les communautés du Liban & donnent lieu 6 ans plus tard à une nouvelleguerre civile, plus terrible encore…

A) LE PROBLEME PALESTINIEN

13 AVRIL 1975 Incidents de Aïn al Rémaneh marquant le début de la guerre au Liban.

B) DE LA MEDIATION SYRIENNE A L’ARABISATION DE LA CRISE

Ni :
- une médiation syrienne
- l’ascension d’Elias Sarkis à la présidence de la République
- l’intervention de l’ONU en 1977
ne purent mettre durablement mettrefin aux combats qui détruisirent l’infrastructure du pays & entraînèrent le massacre de populations musulmanes/chrétiennes ainsi que des déplacements massifs de personnes fuyant les zones de combats.

Engagée directement dans le conflit libanais dès 1976, l’armée syrienne devenue la Force Arabe de Dissuasion (FAD), participa aux combats :
1. aux côtés des palestiniens contre les chrétiens2. contre certaines organisations palestiniennes

31 MAI 1976 Entrée officielle de l’armée syrienne au Liban
17/18 OCTOBRE 1976 Sommet arabe de Riyad (Arabie Saoudite)
25/26 OCTOBRE 1976 Sommet du Caire (création de la FAD).

II. 1977-1981 « NI GUERRE, NI PAIX »

A) L’ORDRE MILICIEN : UN ETAT DANS L’ETAT

B) LE LIBAN AU CŒUR DU CONFLIT ISRAELO-ARABE

En mars 1978, enreprésailles d’un attentat palestinien, Israël envahit le sud du pays et occupe une bande dite « de sécurité » le long de sa frontière nord.

La situation s’aggrave en juillet 1980 lorsque s’ajoute aux affrontements :
- gauche/droite
- chrétiens/musulmans
un conflit violent entre chrétiens maronites phalangistes/libéraux.

Les années 1981/1982 furent marquées par :
- des attentats...
tracking img