Les heritages du syndicalisme farncais au xix

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3951 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I Les héritages du XIXème siècle

La première définition du syndicalisme

En 1900 le fait syndical est présent dans tous les pays d’Europe .Syndicalisme est synonyme de mouvement ouvrier. Il représente l’opposition des travailleurs salariés au développement du capitalisme. De manière majoritaire il s’exprime idéologiquement et politiquement à travers le socialisme.
Les tout débuts dusyndicalisme
En France la loi Le Chapelier, en 1792, en interdisant aux compagnons de se regrouper pour défendre leurs droits, a permis que pendant toute une phase de l’industrialisation se déroule sans que les salariés puissent au grand jour puissent s’unir pour poser leurs revendications. De façon empirique se sont constitués des associations clandestines, des sociétés de secours mutuel.
Il fautattendre défendue devant le parlement de Pierre Waldeck-Rousseau et votée par le 21 mars 1884, pour que les syndicats puissent exister en toute légalité .Il s’agit en réalité d’une reconnaissance du droit à se syndicaliser
.La législation concernant l’association n’est promulguée qu’en 1901 .En outre le pouvoir politique s’efforce par la loi de 1884 de mieux contrôler les syndicats.
Il obligele responsable à déposer leurs noms et les statuts de leur organisation à la préfecture de police.
La loi interdit de discuter des questions non professionnelles .La politique est bannie des débats comme l’idéologie ou la religion.
La loi Waldeck-Rousseau n’est donc pas seulement une disposition libérale qui permet l’éclosion des syndicats, elle constitue également un moyen de surveiller et depunir les défenseurs de la classe ouvrière.

Le domaine économique, la France au seuil du XXème siècle
La France est un pays industrialisé et relativement moderne tient une place importante en tant que puissance économique dans le monde. Or il est faiblement syndicalisé (moins de 15% des salariés susceptibles d’être syndiqués)
Le fondement du syndicalisme français

L’un des principauxcourant idéologique à avoir animé le syndicalisme en France est le courant proudhonien .Pierre joseph Proudhon (1809-1865) n’a pas laissé une œuvre limpide, construite avec logique .En somme, il n’avait rien de l’unversitaire, comme l’était Marx .
Malgré les contradictions qui se glissent dans œuvre de Proudhon, un trait fondamentale peut y être repérer : l’importance apportée au rôle apporté ausyndicat dans la révolution anarchiste .La transformation de la société d’exploitation capitaliste en société d’entraide et de mutualisme et directement dépendante de la force du syndicat, selon les proudhoniens.

C’est un des points d’opposition essentiel entre eux et les marxistes au sein de la Première internationale des travailleurs (organisation qui soutient les mouvements et luttes destravailleurs, les luttes pour le suffrage universel, pour la réduction du temps de travail, contre le travail des enfants). .Les français y prennent position majoritairement en faveur de Proudhon .
Mais, vers 1880 le marxisme véhiculé par les guesdistes se développe en France .Parmi les points sur lesquelles insistent les disciples de Jules Guesde (1845-1922).
L’originalité du syndicalismefrançais

Il est dispersé, hétéroclite et minoritaire .Enfaite, le mouvement ouvrier en France , auquel appartient le syndicalisme, a souvent considéré avec plus ou moins de constante, qu’il s’inscrivait dans le droit fil de l’action de la révolution française.
Cela a pour conséquence que le mouvement ouvrier intéresse un milieu plus artisanal qu’ouvrier pour lequel le monde paysan n’est jamaistrès éloigné et qui ambitionne dès que son indépendance lui permet d’imiter la petite bourgeoisie ,moteur de l’histoire du pays tout entier et classe de référence des milieux populaires .
Apparemment, le syndicalisme révolutionnaire est proche du marxisme. Il préconise une révolution à tous les niveaux : politique social et économique. L’Etat ne peut être bon dans uns société socialiste après...
tracking img