Les ide au maroc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1485 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Tamaz Datunashvili 12.01.2009
Groupe 1208 I.T.E.

Le libre-échange chez les classiques et chez Karl Marx

Tout commence par le commerce international, l'ensemble des activités commercialesrequises pour produire, expédier et vendre des biens et des services sur la scène internationale, à partir de la production à la consommation ; Ce type de commerce existe depuis des siècles (route de la soie), mais il connaît un essor récent du fait de la mondialisation, dont il est une composante majeure. Le libre-échange est un système de commerce international reposant sur l'absence de barrièresdouanières et non douanières à la circulation des biens et des services. Au sens strict, la notion ne s'étend pas aux mouvements de travailleurs ou de capitaux. Les premiers analyses rigoureuses de libre-échanges apparait au début de XVIIIème siècle avec Henry Martyn, et après lui nombreux grandes économistes étudient et analyse ce sujet jusqu’a nos jours. Les premier analyses fondamentaux sont faitpar les classiques et notamment par Adam Smith et David Ricardo qui défendent et favorisent la notion de Libre-échanges par les réflexions et point de vue différentes, ainsi leur regards sur libre-échange est critiquer plus tard par Karl Marx qui était aussi favorable au libre-échange mais avait son point de vu, en étudient leurs analyses de libre-échange on se pose un question très important :En quoi exactement la commerce international consiste – t – il a une mesure préalablement libéral prise pour le but de l’augmentation et pour la garantie de la richesse de la nation? La réponse sur cette question se trouve dans le analyse proposer par les classiques et par Marx, la comprenions des réflexions des auteurs et l’essentiel pour répondre a cette question, dans l’ordre chronologiquepremièrement on va aborder la libre-échange chez Smith en passent par les avantages absolus, deuxièmement, les idées de Ricardo vont nous donner une nouvel ouverture sur ces notions et finalement la point de vue de Karl Marx va nous donner l’image complet qui permettra de donner la réponse et conclure la démarche.

1) La théorie d’Adam Smith : Libre-échanges et Avantage absolus

Selon Smithl'échange provient des différences absolues de productivité : chaque pays a intérêt à se spécialiser dans le bien pour lequel il dispose d'un avantage absolu sur son partenaire. «…si un pays étranger peut nous fournir une marchandise à meilleur marché que nous ne sommes en état de l'établir nous-mêmes, il vaut bien mieux que nous la lui achetions avec quelque partie du produit de notre propreindustrie, employée dans le genre dans lequel nous avons quelque avantage… » 
Pour démontrer que la libre-échange a une nature positif il avance quelques argument :
Premièrement, le commerce extérieur permet d ‘écouler les excédents et de se procurer en échange des biens utiles pour lesquels existe une demande. Le commerce international stimule également la division du travail : le commerceélargit les débouchés pour chaque type de production, permettant ainsi de pousser plus loin la division du travail.
Cependant, ca supposent que chaque pays se spécialise en développant les activité où il dispose d'un avantage absolu, celles où le coût par unité produite est inférieur à ce qu'il est à l'étranger, et qu'il abandonne celles où les coûts sont plus élevés. Cette notion s’appell'avantage absolu, tout simplement parce qu'elle fonde la spécialisation sur la comparaison des niveaux absolus des coûts de production.
En même temps, le commerce international, en augmentant le produit national et en réduisant les coûts et les prix des biens consommés peut finalement permettre de porter le niveau d'activité bien au delà de la satisfaction des besoins de consommation immédiate ;...
tracking img