Les impacts du pnagrt

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 67 (16618 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

Avec une histoire plutôt mouvementée, le Mouton Charollais a su se montrer toujours plus compétitif face aux autres races, tout en conservant une rusticité lui permettant de s’adapter à de nombreux milieux de vie. Ainsi, c’est une race très utilisée aujourd’hui dans des milieux au climat, au relief et au système fourrager très variés car présent dans de nombreuses régionsfrançaises et à l’étranger. Pour soutenir cette progression et l’optimiser, les éleveurs sélectionneurs n’ont pas hésité à fonder un organisme capable de les épauler pour la sélection de leurs animaux. Ainsi, des objectifs ont été choisis et sont orientés vers l’amélioration des qualités maternelles et des aptitudes bouchères.

Mais à la suite de la création du Programme National d’AméliorationGénétique pour la Résistance à la Tremblante (PNAGRT) en 2002, un nouveau critère a du être pris en compte : la résistance génétique à la tremblante. Ce programme fut mis en place sur cinq ans, puis il fut suivi d’un prolongement de deux ans (PNAGRT de 2002 à 2006 puis prolongement de 2007 à 2009). Ce prolongement a été instauré pour aboutir à une autonomie, c'est-à-dire à l’atteinte d’un niveau optimum derésistance (100% de résistants) permettant aux éleveurs de travailler qu’avec des animaux résistants sans forcément procéder à une sélection sur ce critère. Il a eu un impact capital sur le comportement des éleveurs sélectionneurs au niveau de la conduite de leur sélection c'est-à-dire de leur renouvellement de leurs reproducteurs mâles ou femelles.

Dans le contexte actuel, nous arrivonsaujourd’hui en 2009 au terme de ce programme d’éradication de la tremblante. La population de Mouton Charollais connaît une évolution plus que significative concernant la résistance à la tremblante. Mais pourtant, face à cette avancée, l’organisme de sélection, tout comme les éleveurs, s’interroge sur l’impact de ce septennat de sélection acharnée sur la tremblante sur l’ensemble du cheptelnational. En effet, en privilégiant le critère de résistance génétique à la tremblante, les professionnels de cette race craignent une disparition inévitable de souches entières dites « sensibles ». Dans ces animaux, certains pouvaient être des individus intéressants génétiquement, mais sensibles, ils seront éliminés progressivement des cheptels. De ce fait, il me semble pertinent de répondre aux attentesdes sélectionneurs qui voient en ce programme des externalités négatives conduisant à une perte de niveau génétique voire de variabilité génétique. En ce qui concerne les producteurs produisant des agneaux de boucherie, leur vision de cette mesure est à plus court terme. Effectivement, pour eux seul l’impact économique inévitable, dû à la rareté des individus résistants avant le début du travailde sélection au sein de la race Mouton Charollais, constitue un réel impact du PNAGRT.

C’est donc ces deux visions différentes mais tout aussi justifiées l’une que l’autre qui m’ont poussé à connaître si ce programme avait eu de réelles influences sur les trois points que dégagent les producteurs et les sélectionneurs.


Dans ce contexte, j’ai dégagé une problématique qui me semble enphase avec les souhaits des éleveurs :

La prise en compte de la résistance à la tremblante (PNAGRT) dans la sélection a-t-elle eu des conséquences néfastes sur le progrès génétique pour les caractères classiquement sélectionnés (prolificité, P.A.T 30, croissance), la variabilité génétique ou encore la commercialisation des agneaux en sortie de station ?

Ainsi, dans une première partie, nousprésenterons les particularités du Mouton Charollais et son Organisme de Sélection (ancienne UPRA).

Dans une seconde partie, nous expliquerons les caractéristiques de la tremblante, puis nous montrerons les principes du Programme National d’Amélioration Génétique pour la Résistance à la Tremblante.

Enfin, la dernière partie qui constitue l’étude, nous permettra de voir si cette mesure a...
tracking img