Les impacts du printemps arabe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1253 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Quels impacts du Printemps arabe sur l’interface méditerranéenne ? »

Lors d’un discours, le 15 février dernier, Barack Obama a affirmé qu’ « au Moyen-Orient, une jeune génération dynamique cherche à saisir sa chance. » En effet, entre décembre dernier et aujourd’hui, de nombreuses manifestations ont eu lieu dans tout le Maghreb et dans certain pays du Proche-Orient. Ces contestations,souvent initiées par des jeunes sur les réseaux sociaux mais réunissant ensuite toutes les classes sociales, ont abouti à de nombreux changements, et on peut par conséquent s’attendre à des impacts importants sur l’interface méditerranéenne, à la fois à un niveau politique, économique, et peut-être démographique. Dans quel contexte le « Printemps arabe » est-il né? Comment s’est-il manifesté, et répandudans tout le monde arabe? Quelles en seront les possibles conséquences?

Les révolutions arabes naissent en Tunisie. Le 17 décembre dernier, Mohamed Bouazizi s’immole par le feu après s’être fait confisquer par les forces de police les marchandises qu’il vendait. Jeune, diplômé mais sans emploi, il devient le symbole de toute une génération, puis de la révolution. Les émeutes débutent lorsquel’on apprend son immolation, puis elles s’amplifient de jour en jour. Le Président Ben Ali, alors en fonction depuis 1987, tarde à s’exprimer puis ne parvient pas à apaiser la population et sa colère. En effet, si cette immolation a constitué l’élément déclencheur des émeutes, la situation économique et sociale était devenue extrêmement difficile pour la population: alors que celle-ci est trèsjeune (24% a moins de 14 ans), et relativement bien éduquée, le taux de chômage est élevé, et, en plus de tout cela, le prix des denrées alimentaires de base avait très fortement augmenté durant les mois précédents, alors que ce type d’achat constitue la majeure partie du budget des foyers les plus pauvres. Le sentiment d’injustice et la misère pousse donc des centaines puis des milliers deMaghrébins dans la rue, qui considèrent que le gouvernement (et en Tunisie le clan Trabelsi) vole le pays, détourne les richesses à leur profit exclusif. En quelques semaines, la contestation se répand dans quasiment tout le monde arabe, notamment par Internet et les médias internationaux, l’information étant très contrôlée dans ces pays.

Le Printemps arabe a donc débuté avec des émeutes, parfois trèsviolentes de par les affrontements avec les forces gouvernementales, qui font, selon les estimations, des dizaines voire des centaines de morts et un nombre considérable de blessés. Malgré cette répression, la contestation ne faiblit pas: au contraire, les décès donnent des raisons supplémentaires à la population de demander le départ des dirigeants et l’instauration d’une véritable démocratie. Lesmanifestants communiquent beaucoup par Internet, notamment en postant des vidéos des rassemblements et de la répression policière, qui sont ensuite diffusées par les médias dans le monde entier, permettant à la contestation de se diffuser, de proche en proche, dans un grand nombre de pays arabes. Par les mêmes méthodes de protestation, la population égyptienne réclame le départ de Hosni Moubarak,au pouvoir depuis 1981. Après des violences entre partisans du régime et manifestants révolutionnaires, Moubarak est poussé au départ le 11 février. Par la suite, des protestations se font entendre et bradent les interdictions de manifestations à Bahreïn, en Iran, en Jordanie, en Algérie et au Maroc, au Yémen, à Oman. En outre, dans une des dictatures les plus autoritaires du monde arabe, laLibye, la contestation naît également, et de façon très violente. Rapidement, le pays est coupé en deux, et les combats font des milliers de morts et de blessés, et la situation devient extrêmement difficile pour les rebelles ces derniers jours, à tel point qu’une coalition internationale s’est mise en place après une résolution de l’ONU pour protéger les civils, « par tous les moyens » selon N....
tracking img